Auto Lifestyle

Launch control : Un si bon depart ?

Launch control : Un si bon depart ?

1 commentaire 📅19 septembre 2015, 08:28

Réaliser un bon départ, une notion assez variable en fonction de la philosophie de chacun. Il y a d’un côté les partisans du « burnout » : pied au plancher, aucun scrupule pour l’embrayage, des pneus qui crament, et plus dense sera la fumée, mieux on se portera… Le spectacle avant tout mais pour l’efficacité on repassera !

Dodge Challenger SRT burnout

Et puis de l’autre côté, il y a ceux pour qui « un bon départ », c’est la transformation de puissance en accélération, sans pertes ou le moins possible. Ce point de vue est celui utilisé en course, et également celui qui vous rendra le plus service à un feu rouge…

Drag race

Dans ce dernier cas, un peu plus de technique et de précision est nécessaire, le but étant de caler son régime moteur en haut de la plage de couple, voire d’ajouter (ou retirer) jusqu’à 500 tr/min au fil des essais, jusqu’à trouver le régime permettant de ne pas dépasser les 10 à 15 % de perte d’adhérence du pneu, au moment où l’on relâche l’embrayage. Ensuite, vos oreilles seront un bon indicateur de réussite : Un léger crissement vous indiquera que vous avez atteint la limite d’adhérence sans trop la dépasser, et il ne vous restera plus qu’à gérer l’accélération et vos passages de rapports !

BMW Série 1M coupé - Burnout

Sur les voitures sportives, les boîtes automatiques se sont largement démocratisées, mais bien souvent, si l’on appuie sur les deux pédales en même temps, la boîte embraye légèrement et le départ n’est pas optimal. L’apparition du « launch control » montre alors tout son intérêt. Ce système de contrôle des départs arrêtés va stabiliser le régime du moteur au niveau optimal, et va gérer le patinage de l’embrayage lorsque l’on relâche le frein. Le conducteur doit juste se contenter d’appuyer à fond sur les deux pédales et l’électronique s’occupe du reste, de quoi gagner quelques dixièmes !

Launch control button - Aston Martin Vanquish

Plus rare, le système de la nouvelle Ford Focus RS, est associé à une boîte manuelle ! Dans ce cas, il agit sur le régime moteur mais va également adapter les différentiels de la transmission intégrale, l’anti-patinage et la suspension pour optimiser la motricité, il n’y a plus qu’à relâcher l’embrayage d’un coup !

Bien sûr, le launch control ne s’active pas à chaque démarrage, et de petites manipulations s’imposent pour le faire entrer en fonction. En fait, selon les modèles, la manipulation est plus ou moins compliquée, de quoi faire perdre l’avantage d’un départ canon si elle a été faite au dernier moment… C’est ce qu’a démontré le magazine anglais Auto Express dans une vidéo mettant en scène une course de 400 mètres entre une BMW M4, une Mercedes-AMG C63 S et une Porsche 911 Carrera 4 GTS type 991, face à une Volkswagen Polo… BlueMotion (sans launch control) ! En tenant compte du temps d’activation du launch control, le résultat est plutôt cocasse !

 

Alors le launch control, un simple gadget ? Non, à condition d’anticiper son activation avant le départ ! Si le temps vous a manqué, alors préférez un départ classique, pour ne pas être pris au dépourvu, c’est plus sûr… De même sur chaussée glissante, où leur efficacité est moindre.

Tenez-vous prêts, et puis… GAZ !

Partager cet article :

Un commentaire

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.