Auto Lifestyle

#Geneve2015 : Lexus, Yamaha et Suzuki prennent d’ assaut les villes !

#Geneve2015 : Lexus, Yamaha et Suzuki prennent d’ assaut les villes !

4 commentaires 📅08 mars 2015, 17:26

Les constructeurs japonais arrivent à Genève en montrant leur savoir-faire en matière de condensation de technologie sur quatre roues ! Les problèmes d’espaces rencontrés dans les villes du pays du soleil levant n’y sont pas étrangers. Poussés à produire des voitures répondant aux normes des « K-cars », ne devant notamment pas mesurer plus de 3.40 mètres, permettant à ses utilisateurs de bénéficier de nombreux avantages selon la législation japonaise, cela déteint sur la création de modèles destinés au reste du monde ! À la manière de Nissan avec la Sway, les constructeurs nippon Lexus, Yamaha et Suzuki y vont tous de leur(s) concept(s) de citadine très compacte.

Oui, Yamaha se lance dans l’automobile après les motos et scooters, ainsi que les moteurs de bateaux, quads et autres instruments de musique. Le futur neuvième constructeur japonais d’automobiles, présente donc son concept citadin, la « MOTIV », dans lequel il place beaucoup d’espoir puisque pour son industrialisation, plusieurs centaines de millions d’euros vont être investis. Cela comprend la création de deux lignes de production en Europe, qui sera son marché de distribution. Cette biplace disposera d’un moteur essence 3 cylindres d’1.0L, et qui, selon Yamaha, procurera beaucoup de plaisir de conduite à la manière « d’un motard ne faisant qu’un avec sa machine ». Une version électrique « MOTIV.e » est également prévue. Avec les 2.69 mètres de longueur de ce concept, elle viendra mettre des bâtons dans les roues d’une certaine Smart Fortwo… Mais que celle-ci se rassure, la future Yamaha à quatre roues n’arrivera pas avant 2019, de quoi avoir encore quelques années de règne devant elle !

Yamaha MOTIV.e

Yamaha MOTIV.e

Yamaha MOTIV.e

Yamaha MOTIV.e

Chez le voisin Suzuki, la citadine s’apprécie selon deux angles, avec la présentation de deux concepts faisant échos à des modèles existants dans sa gamme. Premièrement, avec le IK-2 concept qui préfigure ce à quoi ressemblera la prochaine Swift. Les lignes sont très fluides mais bien différentes de l’actuelle Swift et dépourvue d’émotions. Étrange au vu de la communication faite sur l’actuelle, basée sur le fun, la personnalisation et la joie de vivre ! Surtout que la date de commercialisation est prévue pour le début de l’année 2016. Espérons que cette carrosserie ne reflète pas la version définitive.

Suzuki IK-2 concept

Suzuki IK-2 concept

Suzuki IK-2 concept

Suzuki IK-2 concept

Heureusement, le IM-4 concept est un peu plus enthousiasmant et préfigure lui, un hypothétique remplaçant du Suzuki Jimny, ce baroudeur très à l’aise en ville de part sa taille très réduite. Avec sa ligne cubique et ses passages de roue gonflés, cet IM-4 fait bel et bien penser à un petit crossover et sa grille de calandre intégrant les phares à LED le rend très moderne. L’arrière m’apparait en revanche un peu aplati comme si elle avait reculé un peu fort dans un mur… Les touches sportives sont pour leur part appréciables avec les trois nervures qui complémentent la ligne des vitres arrières typée coupé, ainsi que les étriers de freins rouges ressortant à travers les grosses jantes de 18″, reprenant la teinte blanche de la carrosserie et agrémentées de chrome. Point commun à ces deux concepts, le type de motorisation, puisqu’il s’agit de petits moteurs hybrides essence d’1.0L pour l’IK-2 et d’1.2L pour l’IM-4.

Suzuki IM-4 concept

Suzuki IM-4 concept

Suzuki IM-4 concept

Suzuki IM-4 concept

Puis il y a Lexus, la branche luxe de Toyota qui se lance dans ce marché de la petite voiture, elle qui était à la base destinée au marché américain et sa concurrence des gros SUV. Aux côtés du concept de « roadster 2+2  » LF-C2 très réussi, ainsi que de la puissante routière GS F de 477 chevaux, la surprise était donc de taille (réduite) avec le concept LF-SA. 3.45 mètres exactement de Lexus pur jus ! Comme toutes les Lexus récentes, il faudra s’attendre à disposer d’une motorisation hybride pour la version finale qui ne sera pas forcément aussi compacte et qu’il ne faudra pas attendre avant trois ans. De quoi s’impatienter, car elle ne manque pas de tempérament niveau look avec une calandre qui pointe vers l’avant, des phares fins et perçant et des lignes exprimant puissance et agressivité dans si peu d’espace.

Lexus LF-SA

Lexus LF-SA

Lexus LF-SA

Lexus LF-SA

L’autre détail intéressant qui confirme cette orientation vers un esprit sportif, c’est le poste de conduite où le siège conducteur reste fixe, impliquant un volant et un pédalier réglable pour s’adapter à la position de conduite de chacun comme sur une certaine… Ferrari LaFerrari !

Lexus LF-SA

Lexus LF-SA

Tenez-vous prêt, l’invasion nippone de nos centre-villes est en marche !

Partager cet article :

4 Commentaires

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.