Auto Lifestyle

Essai : Renault Clio RS Trophy 2016

Essai : Renault Clio RS Trophy 2016

0 commentaire 📅29 décembre 2016, 08:05

La Renault Clio est devenue au fil des années une auto référence dans son segment. Il faut dire que la Clio arpente les routes depuis maintenant plus de 26 ans. Cela ne rajeunit pas mais la première Clio est apparue en 1990, puis en 1998 apparaît la Clio 2, ensuite la Clio 3 en 2005 et enfin la quatrième génération voit le jour en 2012. La voiture la plus vendue sur le marché Français en 2013, 2014 et 2015 a fait peau neuve avec l’arrivée cette année de la phase II. En somme la Renault Clio est une véritable institution mais que dire quand son nom est suivie des lettres RS (Renault Sport) ? Cela respire le sport et lorsque RS est suivie de Trophy, cela fait saliver !

Renault Clio RS Trophy

La sage Clio se mue en GTI très énervée Nous tenons à remercier la concession Renault Paris Picpus pour le prêt de cette petite boule de nerfs. Nous avons donc eu la chance d’essayer cette nouvelle mouture de la Clio RS Trophy version 2016 en cette fin d’année. Pour notre essai et afin de se rendre compte de ses capacités sportives, nous avons été nous promener sur les petites routes sinueuses des Coteaux de Seine. Alors cette Renault Clio RS Trophy mouille t’elle vraiment le maillot ?

Renault Clio RS Trophy

Renault Clio RS Trophy 2016 : Design et vie a bord

Design exterieur

Extérieurement la Clio RS Trophy n’offre pas une révolution par rapport à la version normale ou la RS. Elle reprend les nouveaux codes esthétiques du restylage de la Clio 4 mais celle-ci adopte tout de même des détails bien spécifiques. Le bouclier avant arbore toujours la lame F1 qui est grise sur notre modèle d’essai.

Renault Clio RS Trophy

En revanche nous retrouvons une nouvelle signature visuelle héritée de la regrettée Clio RS 16 (qui ne verra malheureusement jamais le jour) avec des éclairages à LED en forme de damier (faisant partie du système d’éclairage RS Vision) se situant de part et autre du pare-chocs.

Renault Clio RS Trophy

La discrétion est de mise et ce n’est pas le profil de la bombinette qui nous fera dire le contraire ! Comparé à la Clio RS, la version Trophy se distingue uniquement par le petit logo rouge du même nom se situant en bas des portes arrière ainsi que des jantes noires brillantes (18 pouces) siglées RS aux dessins spécifiques et qui sont magnifiques.

Renault Clio RS Trophy

Renault Clio RS Trophy

A l’arrière, il est également difficile de savoir que nous sommes devant la plus performante des Clio.

Renault Clio RS Trophy

Renault Clio RS Trophy

Le seul élément qui trahit la Trophy sont les deux sorties d’échappement qui s’ornent du logo du célèbre équipementier Akrapovic. Et oui, la Renault Clio RS Trophy reçoit une ligne d’échappement complète Akrapovic. Dernier petit point de détail que seul les spécialistes remarquerons, le badge Clio fait place à un logo Renault Sport en bas du hayon.

Renault Clio RS Trophy

Renault Clio RS Trophy

Au final, le design de cette très énervée version Trophy n’est pas une révolution comparé aux autres modèles de la gamme Clio. Elle renforce son esprit sportif mais reste très sobre dans sa présentation.

Renault Clio RS Trophy

Un bon point qu’il faut souligner tant certains constructeurs se lancent dans l’ostentatoirement à la limite du « Tuning de Jacky » ! Discrète et sobre, cette Renault Clio RS Trophy est l’engin idéal pour surprendre les orgueilleux propriétaires de grosses berlines Allemandes trop pressés !

Habitacle

A l’intérieur, l’exubérance est encore moins de mise. La planche de bord est celle de la Clio « basique » restylée avec une hausse en terme de finition. Le dessus de cette planche est moussé et présente bien.

Renault Clio RS Trophy

En revanche, les notes de rouge révèlent le coté sportif de la bête mais on pourrait reprocher à Renault son manque d’audace sur ce point. Les inserts des aérations sont entourés d’une belle teinte rouge vif et on peut regretter que le constructeur n’est pas poussé jusqu’à entourer la console centrale de cette teinte sportive, dommage.

Renault Clio RS Trophy

Les siège siglés RS sont en revanche splendides avec leurs surpiqûres rouges tout comme le volant gainé de cuir avec ces mêmes surpiqûres.

Renault Clio RS Trophy

Les commandes sont intuitives et on trouve relativement rapidement sa position de conduite. Certains autres points me chiffonnent tout de même. Le volant présente très bien mais pourquoi ne pas avoir osé mettre un méplat afin de renforcer le coté sportif de l’auto ?

Renault Clio RS Trophy

Autre détail qui pourrait être amélioré, les palettes de la boite EDC se trouvant derrière le volant. En s’installant au poste de pilotage de l’auto, on trouve qu’elles sont bien dimensionnées mais après quelques kilomètres sur les routes sinueuses des Coteaux de Seine on s’aperçoit rapidement qu’elles ont un gros défaut. Celles-ci sont solidaires de la colonne de direction et ne sont pas assez longues sur la bas. Il est donc parfois bien difficile de passer son rapport dans un virage car la palette ne tombe pas sous les doigts.

Renault Clio RS Trophy

En revanche, notre modèle d’essai est équipé de l’option RS Monitor qui apporte un coté fun en particulier en conduite sportive et surtout sur circuit.

Renault Clio RS Trophy

Renault Clio RS Trophy

L’habitacle est correct pour cette Clio mais on regrettera le manque d’audace de la marque au losange sur certains points. Dommage car cela aurait pu être un sans faute !

Renault Clio RS Trophy 2016 : essai routier

Lors de cet essai nous avons parcouru différents types de routes afin de se rendre compte de l’homogénéité globale de cette petite bombinette taillée pour le circuit et la conduite sportive. En ville, la Clio RS Trophy s’en tire à merveille notamment grâce à sa boite EDC qui égraine bien les rapports et surtout ne monte jamais dans les tours sauf sollicitation de son conducteur. Elle sait aussi bien rouler à 50 km/h que faire des bouchons pare-chocs contre pare-chocs. Le tableau serait presque parfait si le châssis sport n’était pas si raide et surtout si la Clio ne consommait pas comme un puits sans fond ! On peut facilement se retrouver entre 10 et 12 litres au 100 kilomètres sans pour autant se montrer violent avec la pédale droite. Sur autoroute, c’est la même rengaine avec une consommation élevée qui tombe aux alentours des 9 à 10 litres.

Renault Clio RS Trophy

Si vous cherchez une voiture économe en carburant, passer votre chemin ! En revanche, sur le long ruban le véhicule sportif du constructeur au losange se montrera bon avec des reprises excellentes grâce au bloc 1,6 litres, 4 cylindres turbo de 220 chevaux. Inutile de jouer des palettes tant le moteur repart mais attention, la bombe Française monte rapidement et il faudra faire preuve de prudence pour ne pas se retrouver très vite à des vitesses hautement répréhensibles ! Outre le circuit, l’autre domaine de prédilection de la Renault Clio RS Trophy est les petites départementales sinueuses. Comme je le disais plus haut, nous nous sommes rendu dans la campagne des Coteaux de Seine où nous avons trouvé des routes taillées à la mesure de notre engin. Et là, quel pied !

Renault Clio RS Trophy

La RS Trophy montre tout son potentiel que cela soit au niveau du châssis et du moteur. Le châssis et les suspensions que nous trouvions fermes en ville, font des merveilles ! Le véhicule ne prend aucun roulis et passe dans les virages à des vitesses tout simplement hallucinantes. Nous n’avons pas pu tirer le maximum de notre véhicule d’essai car la chaussée était humide et grasse mais cela nous a déjà permis de nous rendre compte que cette version très énervée de la Clio a un potentiel énorme.

Renault Clio RS Trophy

Le moteur est lui aussi très surprenant pour un petit bloc 4 cylindres. Il pousse très, très fort ! En revanche, il n’offre pas son plein potentiel en haut du compteur mais à mi-régime vers les 5 000 tr/min. La boite EDC se montre correcte dans ces conditions même si le passage des rapports est un peu lent par moment, on peut pardonner ce point tant l’auto est un véritable jouet. Elle aurait pu être parfaite si Renault avait laissé le choix aux acquéreurs entre la boite EDC (idéale au quotidien) et une boite mécanique renvoyant plus de plaisir à son conducteur. Dommage car la Renault Clio RS Trophy a des vrais gênes de GTI avec un comportement sportif et sécurisant !

Renault Clio RS Trophy

Le freinage est lui aussi excellent car il est puissant mais également endurant. Je ne m’attarderais pas sur la consommation gargantuesque dans le style de conduite musclé ! A souligner que la Clio RS Trophy est équipée d’un ligne d’échappement signée Akrapovic qui est à la fois discrète en condition normale mais qui émet quelques déflagrations qui flattent l’oreille ! Un quasi sans faute pour le missile de Renault !

Acheter une Renault Clio RS Trophy 2016

Encore récente sur le marché, il n’y a encore que peu de véhicules en occasion. Il faudra donc se rendre chez le concessionnaire pour acheter la version très énervée de la Clio. Les tarifs de la RS Trophy débutent à partir de 29 500 Euros. Si vous souhaitez un véhicule comme celui de notre essai, munie du pack City et du RS Monitor, il faudra faire un chèque de 30 770 Euros. On pourrait dire qu’au vu des sensations procurées et du plaisir de conduite sur petites routes, le jeu en vaut la chandelle !

Renault Clio RS Trophy

Conclusion

Le qualificatif que je donnerai à cette Renault Clio RS Trophy est : jouet pour adulte ! Capable d’être utilisée au quotidien elle s’aura se muer en véhicule plaisir sur route voire circuit ! Les sensations sont présentes malgré quelques petits défauts. Je dois avouer que cette RS Trophy est vraiment attachante ! Elle fait partie du cercle très fermé des GTI des temps modernes. Au final, elle se montrera réservée à un cercle très fermé d’adeptes de sensations ailleurs que sur circuit. Bravo aux ingénieurs de Renault pour cette bombinette !

Renault Clio RS Trophy

On aime :

  • Le comportement sportif
  • lLe châssis sport amusant
  • Le style sobre et discret
  • La présentation intérieure en net hausse
  • La boite EDC au quotidien

On aime moins :

  • La consommation excessive
  • Les palettes de la boite EDC trop courtes
  • Un manque d’audace dans le style de l’habitacle
  • La sonorité de l’échappement décevante pour une ligne Akrapovic
  • Ne pas avoir le choix avec une boite de vitesses manuelle
Partager cet article :

A propos de l'auteur

Emmanuel Delion
Emmanuel Delion

Passionné par la Formule 1 depuis l'enfance, fan incontesté de Michael Schumacher, Damon Hill, ainsi que de la nouvelle génération : Lewis Hamilton et Sebastian Vettel, je vous propose de partager mes émotions à travers ce blog. Pilote à mes heures perdues, je partagerai avec vous mes sorties sur piste.

Aucun commentaire

Aucun commentaire !

Vous pouvez être le premier à commenter

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.