Auto Lifestyle

Essai : Porsche Cayman GT4

Essai : Porsche Cayman GT4

8 commentaires 📅22 octobre 2015, 08:22

Il n’y en a eu que 50 d’écoulées en France, vendues en un temps record cette année. Et nous avons eu le privilège de l’essayer ! Oui, la rédaction d’Auto-Lifestyle est fan de « l’autre coupé » de Porsche (de la reine 911 aussi, entendons nous bien !), et ce depuis la première génération (code 987), dont nous avons essayé les versions S et R. Nous avons également essayé la génération actuelle (981), dans ses déclinaisons Cayman S et Cayman GTS. Aujourd’hui, nous vous parlons de l’évolution ultime : la Porsche Cayman GT4.

Porsche Cayman GT4

Ou se situe la GT4 dans la hierarchie Cayman ?

Le Cayman GT4 est à la 911 ce qu’est la GT3 : une version ultra sportive, dédiée au plaisir de piloter, optimisée pour une utilisation sur circuit, mais bénéficiant de l’homologation routière. Autant une Porsche Cayman est une voiture sportive, autant la GT4 devient plus radicale, afin de perdre du poids, optimiser les liaisons au sol et l’aérodynamique, et ajouter une petite louche de chevaux. En chiffres, comparons la Cayman S, la GTS et la GT4 :

  • le poids (à vide, boite manuelle) : 1 415 kg, 1420 kg contre 1 340 kg
  • la puissance : 325 ch (370 Nm), 340 ch (380 Nm), contre 385 ch (420 Nm)

Le poids est réduit drastiquement, en supprimant des équipements de confort tels que la radio et la clim, ou encore, les poignées intérieures des portières ! Peut-être plus pour le folklore qu’autre chose, mais on A-DO-RE ! Les cloisons thermiques et sonores qui englobent normalement les flat 6 3.4 ont dû être réduits à peau de chagrin, vu l’ambiance sur laquelle je reviendrai plus tard, du coup je vous le dit dès maintenant : faites un régime et optez d’office pour la clim ! La puissance est augmentée de 60 ch par rapport à la S (+45 ch/GTS), et pour cause : ce n’est plus le même moteur ! La GT4 s’est servie directement dans les affaires de la reine mère Carrera, en lui piquant le flat 6 3.8 de la Carrera S ! Damned ! Enfin presque : celui de la Carrera développe 400 ch tout rond, contre « seulement » 385 ch pour la Cayman GT4, faudrait pas abuser non plus ! Du coup, la valeur de couple semble dopée aux anabolisants du turbo 420 Nm contre 370 Nm, mais que nenni ! C’est de l’atmosphérique ! Dur pur, du vrai, de l’enivrant, avec une zone rouge qui débute aux alentours des 7 800 tr/min…

Mais au delà des chiffres, une GT4 c’est bien plus !

Porsche Cayman GT4

Porsche Cayman GT4 : Design et vie a bord

Design exterieur

La Porsche Cayman GT4 en impose. Si le Cayman est déjà une auto râblée, bien assise sur ses roues, le GT4 devient impressionnant : le nouveau pare-chocs avant, très ouvert, optimisant les flux aérodynamiques et les besoins en air frais du flat six 3.8, y est pour beaucoup, même si d’emblée on remarque l’aileron réglable vissé sur la hayon arrière assorti d’un becquet fixe… L’aileron rétractable des autres Cayman disparait, comme le cayman R en son temps optait également pour un aileron fixe plus massif lui aussi. On note les ouïes latérales majorée, le châssis est abaissé de 10 mm, tandis que les sublimes jantes de 20″ sont empruntées à la GT3. On note aussi le regard plus agressif, car cerné de noir comme sur le Cayman GTS. Notre modèle d’essai est gris métal certes, mais c’est le gris Argent GT (de la Carrera GT justement), qui combiné aux jantes gris « canon de fusil » et au regard noir est tout simplement sublime ! Le coup de coeur est assuré…

Porsche Cayman GT4

Habitacle

C’est un Cayman : vous êtes bien, c’est parfaitement agencé, la qualité est là, l’ergonomie parfaite. Mais, vous avez des baquets, ceux de l’ultracar Porsche 918 Spyder, tout en carbone… Magnifiques pièces que votre salon ne renierait pas ! Notre modèle est équipé du meilleur des deux mondes : la clim, le système d’infotainment Porsche (PCM), et le pack Clubsport. La clim est tout à fait indispensable ! Déjà parce que, comme tout le monde vous avez pris l’habitude de rouler avec. Ensuite parce que la GT4 reste une auto plutôt polyvalente et que vous roulerez avec sur route, ne serait-ce que pour joindre les circuits. Le fait est que lors de l’essai effectué près de Toulouse, la température était d’environ 28°C, avec un temps nuageux. J’ai très rapidement baissé la température de la clim réglée à 22° car je sentais derrière moi la chaleur affluer. A la fin de mon essai, j’ai posé la main sur la plage arrière, qui est donc au dessus du moteur : elle était vraiment chaude ! Chose jamais vue sur les autres modèles de Cayman essayés, même sur circuits… Le pack Clubsport offre lui l’arceau et le harnais côté conducteur. Celui-ci semble indispensable également… Les lanières à la place des poignées intérieures de portes sont elles de série.

Porsche Cayman GT4

Porsche Cayman GT4 : Sur la route

Nous avons eu la chance de pouvoir essayer notre Cayman GT4 sur le réseau secondaire, mais pas sur circuit. Néanmoins, je puis affirmer que la GT4 pousse très fort ! Le 3.8 de 385 ch est terriblement rageur, et ce jusqu’en zone rouge. Ce merveilleux flat six est très rond, coupleux en bas et une véritable furie passé les 4 500 tr/min. Le tout dans une sonorité tout aussi furieuse ! En plus des isolants thermiques, les isolants phoniques ont certainement dû être minorés : dans les Cayman on entend la mécanique plus que le bruit à l’échappement, vu que le moteur est juste derrière les sièges avant, sans pour autant que cela soit inconfortable. Dans la GT4, vous entendez le bouilleur de façon plus intimidante, dirons nous. Y compris la tringlerie de la parfaite boîte manuelle 6 rapports, à débattements très courts. Un délice ! Tout est fait pour le plaisir ! La GT4 n’est disponible qu’en boîte manuelle, tandis que la pauvre 991 GT3 n’offre que le choix de l’efficacité avec la PDK… Précision concernant la boîte manuelle du GT4 : avec le mode sport enclenché, elle gère elle même les double débrayages, et donc les talons pointes, et remettant toujours un coup de gaz aux rétrogradages. Par ailleurs, l’échappement crépite au levé de pied, tandis qu’à l’extérieur les passants sont sans aucun doute subjugués par cette sonorité de bloc de course, si typique des Porsche GT3 (et Cayman R).

Porsche Cayman GT4

Évidemment, la suspension est ferme. Mais loin d’être inconfortable ! Le châssis semble ne pas avoir de limite. Il faut dire que pour assurer le coup, Zuffenhausen lui a greffé le train avant de la 991 GT3 ! Ça commence à faire beaucoup : le moteur, le train avant, la philosophie… Les courbes sont avalées à des vitesses hautement répréhensibles dans notre cher pays, et pourtant en toute sécurité. Les limites semblent vraiment lointaines… A la manière d’une GT3, sauf que le Cayman, avec son moteur en position centrale arrière semble bien plus facile à emmener car l’équilibre est plus facilement lisible. Et les limites probablement plus discernables et progressives. La motricité est elle parfaite sur sol sec, certainement grâce aux Michelin Pilot Sport Cup 2, démoniaques de grip.

Porsche Cayman GT4

Je ne suis pas un fan des directions électro-mécaniques, qui ont tendance à aseptiser les retours d’informations. Celle-ci, introduite sur la 991, m’avait un tantinet déçu sur la Carrera 4S essayée à l’autodrome de Montlhéry. Mais là, dans la GT4, j’ai demandé confirmation qu’il s’agissait bien de ce même système, car à vrai dire, tout ce qui passe sous les roues vous est parfaitement retranscrit dans la paume des mains. Quant à la précision, elle est chirurgicale. Tout est parfait pour vous mettre dans les meilleurs conditions.

Porsche Cayman GT4

En conclusion

La Porsche Cayman GT4 est à ranger dans la catégorie des missiles sol-sol « faciles » à prendre en main, dont la polyvalence est excellente. Oui, Madame, il y a deux coffres ! Prévoyez tout de même des bouchons d’oreilles, au cas où, sur les longues distances. Le châssis exemplaire du Cayman 981 est magnifié ici, et l’implantation du flat six 3.8 a parfaitement réussi, et donne un caractère mécanique bouillonnant au « petit » coupé allemand. Pour schématiser, ce GT4 est très proche de la 997 GT3, en terme de performances et de ressenti, tout en étant plus facilement exploitable de part son équilibre châssis parfait ainsi que son confort moins rugueux. Par rapport à un Cayman R de la génération précédente, la philisophie du coupé sportif radical tourné vers le plaisir de conduite est respecté, néanmoins il existe un vrai écart en terme de performances pures et d’efficacité. La GT4 semble jouer dans une autre catégorie. Ne reste plus qu’un essai sur circuit pour valider tout le bien que nous pensons de ce diabolique Cayman GT4 !

Je tiens à remercier vivement la concession Porsche Signature à Toulouse (et à Perpignan), pour l’accueil, la confiance, et la disponibilité de son équipe passionnée et chaleureuse.

Partager cet article :

A propos de l'auteur

Guillaume Lescaroux
Guillaume Lescaroux

Passionné d'automobile depuis sa plus tendre enfance, Guillaume a toujours rêvé de pouvoir la partager avec toute personne sensible à ce secteur. Pilote à ses heures perdues, il a pris le volant pour Sport Auto lors de la saison 2011 de la Caterham Academy France.

8 Commentaires

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.