Auto Lifestyle

Essai occasion : Porsche 911 Carrera 4 type 997, phase 2

Essai occasion : Porsche 911 Carrera 4 type 997, phase 2

3 commentaires 📅10 septembre 2015, 08:04

La Porsche 911 type 997 a fait son apparition en 2004 et elle succède à la très controversée 911 type 996. La 997 a de suite été adoptée par tous les afficionados de la marque de Stuttgart avec sa ligne se rapprochant des modèles ayant contribué à construire le mythe de cette auto. En 2008, la 997 se voit restylée et adopte l’injection directe qui a pour conséquence de fiabiliser davantage le moteur Flat 6 et également d’augmenter la puissance de celui-ci. Après l’essai d’une Porsche 911 Turbo type 997, phase 1, nous avons eu la chance de pouvoir essayer un exemplaire de 911 type 997 sous sa déclinaison Carrera 4. La Carrera 4 est en quelque sorte l’entrée de gamme de la 911 mais équipée de 4 roues motrices. Notre essai a pu se dérouler sur plusieurs mois avec à la fois de la route mais également des sorties circuit. Notre 997 Carrera 4 est un modèle de 2010 et totalise à ce jour environ 66 000 kilomètres.

Porsche 911 Carrera 4 type 997 phase 2

Porsche 911 Carrera 4, type 997 phase 2 : Design et vie a bord

Design exterieur

La 997 est dans la lignée de ses ancêtres et au premier regard on sait que c’est une Porsche et surtout une 911. Elle reprend le célèbre regard de grenouille et ce profil typique avec son moteur placé en porte-à-faux arrière.

Porsche 911 Carrera 4 type 997 phase 2

Porsche 911 Carrera 4 type 997 phase 2

Cette 997 phase 2 évolue légèrement part rapport à la phase 1 avec des boucliers avant et arrière redessinés, l’adoption de feux de jour à LED ainsi que des feux arrières plus fins et dorénavant 100% à LED. Le reste des évolutions étant principalement techniques et nous y reviendrons dans les lignes ci-dessous.

Porsche 911 Carrera 4 type 997 phase 2

Notre modèle d’essai est très classe dans sa robe gris foncé avec ses jantes Carrera Sport en 19 pouces.

Porsche 911 Carrera 4 type 997 phase 2

Les principales différences entre une Carrera et Carrera 4, outre les 4 roues motrices, sont principalement esthétiques. La 997 Carrera 4 adopte les ailes arrières de la Turbo et possède donc un « popotin » bien plus large que la 911 Carrera « classique ».

Porsche 911 Carrera 4 type 997 phase 2

Il est d’ailleurs impossible de ne pas reconnaître une Carrera 4 de l’arrière car sur les 997 phase 2, la mythique bande rouge reliant les 2 phares et synonyme de 4 roues motrices, ressort des cartons pour le plus grand plaisir des fans de la marque Allemande. En revanche, je ne suis pas un grand adepte des sorties d’échappement plates.

Porsche 911 Carrera 4 type 997 phase 2

La 997 est vraiment un véhicule magnifique et la version Carrera 4 apporte encore un plus esthétiquement, un vrai régale pour les amateurs de Porsche et pour les yeux. Attention tout de même, cette 997 reste très exposée aux affres de la vie quotidienne en particulier dans les villes où les boucliers avant et arrière peuvent très vite être abîmés. Pour conclure sur cette 997 Carrera 4, elle se montre dans la lignée de ces ancêtres avec un look modernisé et elle se classe esthétiquement parmi les plus belles 911.

Porsche 911 Carrera 4 type 997 phase 2

Habitabilite

Porsche est réputé pour ses intérieurs de grandes qualités et ce n’est pas l’habitacle de cette 997 Carrera 4 qui nous fera dire le contraire. Il faut dire que notre modèle d’essai est particulièrement bien équipé avec des options à la fois cossues et sportives. La planche de bord, déjà d’une excellente qualité d’origine, reçoit l’option cuir étendu ce qui apporte un degrés de finition et qualité perçue vraiment exceptionnelle.

Porsche 911 Carrera 4 type 997 phase 2

Au rayon des options visibles et appréciables de la 997, il y a bien sure le Pack Chrono Sport, reconnaissable à son chronomètre au centre de la planche de bord. Ce pack est à la fois appréciable car il apporte une touche visuelle sympathique et complémentaire à l’habitacle, de plus il sera le meilleur amis des « Gentlemen Drivers » lors de sorties circuit. Comme pour l’extérieur, il est impossible que le conducteur ne se rende pas immédiatement compte qu’il s’installe à bord d’une 911. Comme toute Porsche, la clé de contact s’insère à gauche de la colonne de direction. Une fois installé dans les sièges baquets sport (en option), le conducteur trouve facilement sa position de conduite et son regard se pose immédiatement sur le tableau de bord avec les 5 compteurs historiques de la 911.

Porsche 911 Carrera 4 type 997 phase 2

Petite mesquinerie du constructeur Allemand pour une auto de cette catégorie, on s’attend a avoir le réglage des sièges électriques et bien il n’en est rien puisque c’est une option. Il faudra jouer des différents leviers afin de trouver rapidement sa position de conduite.

Porsche 911 Carrera 4 type 997 phase 2

L’ensemble de tableau de bord est particulièrement lisible et la console centrale a légèrement évoluée comparé à la phase 1. La plus grosse évolution se situe au niveau du GPS qui devient tactile avec un écran plus large. Le bloc multimédia est dorénavant compatible avec les smartphones de la célèbre marque à la pomme.

Porsche 911 Carrera 4 type 997 phase 2

Concernant l’habitabilité, comme toute les 911, le coffre se situe à l’avant. Sur la 997, il se montre particulièrement profond mais sur la Carrera 4 et comme sur tous les modèles à 4 roues motrices, le volume se voit amputé car le système de transmission intégrale mange une partie du coffre.

Porsche 911 Carrera 4 type 997 phase 2

Pas d’inquiétude pour autant puisque la 911 est une 2+2. La 911 possède 2 places arrières qui seront pratiques pour les jeunes enfants ou bien pour les trajets très courts. L’avantage de ces 2 places est avant tout le volume de chargement qu’elles procurent puisqu’elles serviront plus de soute à bagages que pour transporter des amis.

Porsche 911 Carrera 4 type 997 phase 2

Au rayon du confort, la Carrera 4 est surement l’une des 911 de la gamme 997, la plus confortable. Nous sommes loin du confort d’une berline, nous restons dans une Porsche et donc dans un modèle à vocation sportif. Les suspensions ainsi que les assises se montrent fermes mais sans pour autant être inconfortable. Cette auto sera aussi bien utilisable en ville ou pour les voyages avec son volume de chargement correct (en comprenant les 2 places arrières), son comportement ferme et sécurisant. Après 5 ans d’utilisation, les matériaux et la qualité d’assemblage font que l’ensemble est dans le même état qu’au premier jour.

Porsche 911 Carrera 4 type 997 phase 2

Les sièges et le cuir du tableau de bord nécessitant un entretien régulier afin que celui-ci reste propre et ne se craquelle pas. Le cuir étant d’excellente qualité, un entretien annuel sera amplement suffisant. Attention en revanche au plastique du bas de la console centrale qui a tendance a être fragile et à prendre rapidement des rayures ou des coups. En conclusion, cette 911 sera une compagne idéale pour 2 que cela soit au quotidien ou pour voyager.

Porsche 911 Carrera 4, type 997 phase 2 : Essai sur route

Cette 911 se montre autant à l’aise en ville que sur route. Son terrain de prédilection restera tout de même l’autoroute ou son Flat 6, 3,6 litres de 345 chevaux pourra s’exprimer. Contrairement aux idées reçues, la consommation n’est pas si élevée que cela. Il ne sera pas la peine de se promener avec sa citerne accrochée derrière. La consommation moyenne sur autoroute est d’environ 8 à 9 litres aux 100 km. Elle augmente sensiblement plus en ville avec une moyenne à 11, 12 litres. La moyenne en cycle mixte sera finalement de 10 à 11 litres, ce qui reste tout à fait correct compte tenu de l’auto, de sa cylindrée et de sa puissance. Ces excellents chiffres sont notamment obtenus grâce à l’adoption de l’injection directe sur les 997 phase 2. Si l’on compare la consommation à la 997 phase 1, il faudra compter facilement 2 litres supplémentaires en fonction des conditions.

Porsche 911 Carrera 4 type 997 phase 2

L’injection directe à aussi un autre aspect très bénéfique puisque le couple augmente sensiblement ( 390 Nm à 4 400 tr/min) et grâce à celui-ci il sera aisé de se déplacer sur un filet de gaz en ville entre 2 000 et 3 000 tr/ min. Notre modèle d’essai est équipé d’une boite de vitesses manuelle à 6 rapports qui est parfaitement guidée et étagée. Toutefois, comparée à la boite de vitesse automatique, PDK apparue sur les phases 2 de la 997, la boite manuelle souffre de la comparaison. La PDK sera un choix bien plus pratique au quotidien et également efficace, mais rien ne peut remplacer le plaisir de passer ces rapports soit même ! Même si la ville n’est pas son terrain préféré, la Carrera 4 sera à l’aise et permettra de tout faire aussi bien qu’une petite citadine. Et oui, c’est une Porsche, elle est à la fois sportive mais surtout polyvalente. Elle sait tout faire ! De plus, elle possède un rayon de braquage que je qualifierai de surprenant pour un véhicule de ce type. Elle braque bien plus que l’on peut si attendre. La conduite en ville demandera tout de même une attention particulière à cause des angles morts et surtout des jantes qui sont fortement exposées, en particulier à l’arrière avec ses voies plus larges. Les 4 roues motrices confèrent à ce modèle un confort et surtout un niveau de sécurité encore accru en particulier en conduite sur sol humide. Même si l’ensemble de la gamme 997 en deux roues motrices se montre à l’aise sous la pluie, le fait d’avoir le système intégral aide à la conduite et surtout dans la tête. L’idéal pour profiter pleinement de cette voiture et de se trouver une petite route de campagne sinueuse où l’excellent châssis pourra s’exprimer à sa pleine mesure. La vitesse de passage en courbe est impressionnante grâce au PASM, aux 4 roues motrices et aux suspensions exceptionnelles.

Porsche 911 Carrera 4 type 997 phase 2

De plus, aucun risque de se faire peur au niveau du freinage qui est en béton armé et largement suffisant pour une conduite soutenue sur route ouverte. On dit souvent qu’une Porsche sa freine fort et longtemps et bien c’est vrai ! Petit détail décevant : son manque de sonorité. L’auto n’est vraiment pas communicative de ce coté là et l’option PSE pourra remédier à ce point. La 911 Carrera 4 type 997 se révèle très surprenante à la fois par son coté sportif que sa polyvalence au quotidien. Finalement, le meilleur qualificatif est que c’est une excellente GT !

Porsche 911 Carrera 4, type 997 phase 2 : Essai sur circuit

Nous avons pu tester cette 911 sur des prestigieux tracés tels que Spa-Francorchamps, Magny-Cours, le Paul-Ricard ou encore Dijon-Prenois et sous différentes conditions allant du sec au détrempé. Si les 4 roues motrices se montrent un réel atout en terme de sécurité et d’efficacité sur piste mouillé, ce système a son revers de médaille.

Porsche 911 Carrera 4 type 997 phase 2

Il alourdit l’auto et on le ressent énormément sur piste sèche. L’auto se montre à la fois lourde en courbe et la distance de freinage doit également être légèrement rallongée par rapport à une Carrera voire une Carrera S. Le système de frein travail fort avec ce surpoids mais il n’est jamais pris au dépourvu. Malgré les multiples tracés à fortes vitesses où les freins sont fortement sollicités, les disques et les plaquettes n’ont jamais été pris à défaut. Vraiment impressionnant en particulier sur un tracé comme Spa !

Porsche 911 Carrera 4 type 997 phase 2

On dit souvent qu’en Porsche on arrive sur circuit avec son auto et on repart le soir avec. Et bien c’est une réalité car la marque de Stuttgart a concocté un auto aussi fiable que robuste. Comme toute bonne 911, il faudra bien veiller a charger le train avant au freinage afin d’éviter l’effet sac à dos en courbe et le délestage de la direction. La direction est quant à elle précise et on ressent particulièrement bien le toucher de route. Une réussite ! Finalement, cette 997 Carrera 4 n’est pas forcément faite pour la piste et elle est surement la 911 type 997 (si nous éliminons la Targa) la moins taillée pour cette épreuve mais elle s’aura se plier a l’exercice tout en distillant beaucoup de plaisir à son conducteur. Précision faite que la Carrera 4, mange ses consommables rapidement (pneus et système de frein) du fait de son poids plus élevé. Les 4 pneus seront à changer après 5 sorties, les plaquettes toutes les 4 sorties et les disques pourront faire une dizaine de sorties si le temps de refroidissement est respecté. En conclusion, cette 997 Carrera 4 n’est pas forcément taillée pour le circuit mais elle saura se prêter à l’exercice et son conducteur, ou plutôt pilote aura la « banane ».

Acheter une Porsche 911 Carrera 4, type 997 phase 2

Porsche 911 Carrera 4 type 997 phase 2

Avec l’apparition de la 911 type 991 à partir de 2012, la côte à fortement chuté. Les 997 phase 1 ont bien sûr été les plus impactées mais les 997 phase 2 ont subi une bonne décôte aussi. Il est préférable de privilégier une 997 phase 2 à la phase 1 principalement par rapport à la fiabilité du bloc moteur et surtout concernant l’excellente boite automatique PDK bien plus performante que l’ancienne boite automatique Tiptronic équipant les premières 997. Avant d’acheter une auto de ce type, il y a tout de même de nombreux points à vérifier. On passera sur l’aspect entretien et suivi qui est la base lors de l’achat d’une voiture pour s’attacher aux points essentiels. Une vérification chez un Centre Porsche ou un spécialiste est préconisée. Nous sommes en présence d’un auto de prestige qui porte le blason Porsche et toute réparation sera forcément lourde pour le portefeuille. Le point le plus essentiel à vérifier est pour moi le passage à la borne Piwi afin de vérifier les éventuels surrégimes que le moteur a subi. Si la borne détecte des stages 1 à 3, pas de soucis puisque le moteur a été conçu pour cela. En revanche entre les plages 4 à 6, il vaut mieux passer son chemin car le moteur a pu subir de grosses détériorations. Il faut également vérifier que l’auto n’a pas taper à l’avant ou à l’arrière. Pour la partie avant, rien de plus simple, il suffit de soulever la moquette du coffre et de vérifier que le plancher est bien lisse. L’arrière sera plus difficile à détecter seul et l’avis d’un spécialiste sera essentiel. La Carrera 4 phase 2 est aujourd’hui peu répandue sur la marché de l’occasion car les acquéreurs de Porsche privilégiaient les versions S et 4S. Il est donc plus difficile de trouver un modèle et comme toute Porsche qui se respecte, les options sont nombreuses et certaines incontournables. Ainsi pour avoir un bel exemplaire, les options qui sont vraiment incontournables sont le GPS, le cuir étendu (sièges et planche de bord), le Pack Chrono Sport, le PSE (Porsche System Exhaust), la boite automatique PDK et des jantes de 19 pouces. Si vous souhaitez franchir le pas il faudra compter sur une enveloppe comprise entre 45 000 et 70 000 Euros. Pour un modèle comparable à notre voiture d’essai, il faudra compter 55 000 Euros notamment à cause des nombreuses options.

Conclusion

La Porsche 911 Carrera 4 type 997 phase 2 n’est pas la plus sportive de la gamme 911 mais elle se rattrape par sa grande polyvalence d’utilisation et son design extérieur aguicheur notamment grâce à ses ailes dérivées de la 911 Turbo. De plus avec son système 4 roues motrices, le sécurité est vraiment au rendez-vous et il sera extrêmement difficile de prendre cette auto à défaut. Utilisable au quotidien et capable de se rendre à de ponctuelles sorties sur circuit cette 911 est vraiment un choix judicieux. A noter que le Carrera 4 est l’un des modèles de route les moins diffusés, il y a fort à parier que dans quelques années sa côte remonte auprès des passionnés de Porsche. Cette auto sera donc le choix idéal pour les « Gentleman Driver » privilégiant la polyvalence et la sécurité sans sacrifier le plaisir de conduite.

Porsche 911 Carrera 4 type 997 phase 2

On aime : Son look, la qualité des matériaux et la finition, sa sécurité avec ses 4 roues motrices, son freinage endurant, la fiabilité.

On aime moins : Son poids, son comportement peu joueur, toutes les options onéreuses, les sorties d’échappement, la manque de sonorité du Flat 6.

Partager cet article :

A propos de l'auteur

Emmanuel Delion
Emmanuel Delion

Passionné par la Formule 1 depuis l'enfance, fan incontesté de Michael Schumacher, Damon Hill, ainsi que de la nouvelle génération : Lewis Hamilton et Sebastian Vettel, je vous propose de partager mes émotions à travers ce blog. Pilote à mes heures perdues, je partagerai avec vous mes sorties sur piste.

3 Commentaires

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.