Auto Lifestyle

Essai occasion : Audi A5 Cabriolet 1.8 TFSI 170 CH S line

Essai occasion : Audi A5 Cabriolet 1.8 TFSI 170 CH S line

2 commentaires 📅26 mai 2016, 08:08

L’Audi A5, apparue en coupé en 2007, est aujourd’hui en fin de vie, après une très belle carrière dans toutes ses déclinaisons, Coupé, Cabriolet et Sportback. Cette première génération d’A5 dans la gamme Audi a été restylée en 2012, avec des modifications plus profondes qu’il n’y paraît, notamment au niveau des mécaniques. Il est donc le temps de faire le point sur la déclinaison la plus élégante et attractive de ce modèle phare de la gamme Audi, dans une déclinaison restylée plaisante, rationnelle et… surprenante !

Audi A5 Cabriolet

Audi A5 Cabriolet : design et vie a bord

Design exterieur

Force est de constater qu’une A5 Cab, c’est beau, élégant, avec un soupçon de sportivité et d’agressivité non superflu dans cette très belle finition S line.

Audi A5 Cabriolet

Ce modèle supporte très bien le poids des ans (7 ans déjà !), mieux que ses concurrents directs (BMW Série 3 et Mercedes Classe C), y compris pour la première version avant le restylage intervenu en 2012. La version actuelle, toujours disponible au catalogue, propose une découpe des feux avant à jour du reste de la gamme, ainsi que des feux de jour modernes.

Audi A5 Cabriolet

La calandre vernie noir est également plus qualitative et moderne que la calandre initiale noire mat. Notre version d’essai construite en 2013 est équipée du pack extérieur S line : pare-chocs avant et arrière plus marqués sans casser l’élégance naturelle de l’auto, jantes Roto bicolore en 19 », bas de caisse latéraux, et logos S line sur les ailes avant. Le montant de pare-brise aluminium brossé est d’origine, et magnifie le dessin de ce cabriolet, sans le rendre ostentatoire pour autant. Il est appréciable qu’Audi ait opté pour des échappements à chaque coin de la poupe de ce petit yacht.

Audi A5 Cabriolet

Habitacle

Élégance, fonctionnalité, et surtout qualité. Voici comment je décrirais cette planche de bord qui n’a, elle, pas été revue depuis le lancement de l’A5. Aujourd’hui l’écran du système multimédia et GPS en haut de la planche de bord semble petite, mais je suis plutôt d’avis de dire qu’il est de la bonne taille, lui, quand on voit les écrans 16/9ème disproportionnés installés dans certains autres modèles allemands… Les commandes sont claires, intuitives, tombent sous la main. Le tout dans un habitacle où les matériaux nobles se marient à merveille : cuir, aluminium, chrome, plastiques moussés ou à la finition laquée… Notre modèle d’essai présente encore mieux : son intérieur Audi Exclusive (puisque ce n’est pas l’intérieur cuir/alcantara noir en principe livré avec la finition S line), associe les sièges sports au cuir Nappa bicolore noir et rouge, avec passe-poils rouge et surpiqûres rouge. C’est très élégant tout en restant sportif, bien dans l’esprit d’Audi. L’aspect haut de gamme, l’exclusivité et l’élégance sont renforcées.

Audi A5 Cabriolet

Sur le marché de l’occasion, la plupart des modèles ont un intérieur cuir noir, voire beige dans le meilleur des cas. Nous vous conseillons d’opter pour des modèles apportant une touche de couleur bienvenue, égayant l’habitacle et lui donnant un charme tout autre. Par ailleurs, la belle et élégante capote est d’une qualité sans faille, avec un confort acoustique bluffant. On apprécie la large vitre arrière qui permet une bonne rétro vision : c’est rare sur un cabriolet ! L’espace des occupants est très satisfaisant, l’accès aux places arrière est bonne. Simple quatre places, le coffre suffira pour partir en vacances en famille, avec 320 dm3 (750 lorsque les places arrière sont rabattues).

Audi A5 Cabriolet

Audi A5 Cabriolet : essai sur route

Notre version d’essai est mécaniquement dotée du petit 1.8 TFSI. Ce moteur plutôt modeste (vu que cela va jusqu’à la version RS 5 et son V8 4.2 de 450 CH !), avec une puissance de 170 ch (177 actuellement) ne semble pas être un foudre de guerre et n’en est pas un mais il est réellement surprenant ! Il nous avait bluffé lors de l’essai de l’A3 Cabriolet, plus petite et par conséquent plus légère. Et pour cause : ce 4 pattes turbo à l’injection directe dispose d’un couple de chalutier ! Avec 320 Nm dès 1400 tr/min ce petit bloc fait quasiment jeu égal avec le V6 3.2 de 265 ch et 330 Nm également monté sur l’A5 ! Quant à la version 2.0 TFSI elle développe 211 ch pour 350 Nm. Même si l’A5 Cabriolet est une auto lourde avec 1 620 kg à vide, les relances sont bonnes, surtout sur routes et autoroutes, lorsque le cab est déjà lancé. évidemment pour les runs sauvages, c’est moins efficace… De toute façon nous vous le déconseillons, puisque ce n’est pas la philosophie de ce beau cabriolet. Niveau performances pures, les chiffres sont décevants (0 à 100 km/h en 8.7 s. et 222 km/h en Vmax) mais une fois compris le mode d’emploi de ce petit bouilleur, on profite du couple généreux pour relancer sans difficulté, et de se dire que ce 1.8 TFSI est suffisant.

Audi A5 Cabriolet

La boîte de vitesse manuelle à 6 vitesses est parfaitement guidée et très agréable à utiliser, mais la boite Multitronic (automatique à convertisseur, montée sur les Audi en traction avant) convient mieux à l’esprit du véhicule, de même pour les versions quattro disponibles elles en S-tronic (automatique à double embrayage). Malgré le couple imposant, vous serez obligés de changer de rapport fréquemment à bas régime, autant laisser ce travaille besogneux à une boite auto, en A5 Cab, on profite du paysage !

Audi A5 Cabriolet

Les liaisons au sol sont parfaites pour un cabriolet sans réelles ambitions sportives. En général on s’attend à du très ferme sur les Audi, surtout en S line, ce qui nuit au confort. Vu la philosophie du véhicule, on pouvait s’attendre à du marshmallow, pour la ballade. Or, c’est avec un ingénieux mélange des deux qu’Audi trouve le bon compromis : parfaitement suspendu, ce cabriolet A5 essayé dans l’Hérault, où l’état des routes donne des cauchemars, sait être très confortable en absorbant toutes ces irrégularités sans faire jouer des claquettes à vos vertèbres ! Une Mini Cooper S essayée dans les mêmes conditions ne nous avait pas laissé un souvenir aussi confortable… Mais la caisse reste bien maintenue notamment en latéral, où le roulis est très acceptable. Mieux, vous êtes connecté à la route, les retours d’informations dans le volants étant très satisfaisants. Les retours de couple aussi lorsque vous sollicitez les 32 Nm de couple, et ça s’est moins bien, surtout avec des jantes de 19 » qui devraient endiguer les ruades du 1.8 TFSI. Les freins sont puissants et rassurants, comme toujours sur les Audi.

Audi A5 Cabriolet

Acheter une Audi A5 Cabriolet

Vous avez l’embarras du choix ! L’A5 est un réel succès commercial, surtout en coupé et en cabriolet. En France, vous trouverez essentiellement des versions TDI. C’est une excellente routière et les A5 sont prisées des gros rouleurs. Évidemment sur un cabriolet nous vous conseillons vivement un moteur essence TFSI, que ce soit le 2.0 TFSI réputé pour ses performances, sa fiabilité et sa sobriété, comme le moins connu 1.8 TFSI très efficient. En mai 2016, Autoplus.fr annonce une cote moyenne à 33 660 € pour le cabriolet A5 1.8 TFSI de 2013. Les prix évolueront selon le niveau de finition et l’équipement du véhicule, ainsi que le kilométrage, en revanche, le restylage n’a que peu d’impact sur les cotes occasion de l’A5 cabriolet. En neuf, un cab A5 s’acquière à partir de 43 630 € et plus de 49 000 € pour une S line équipée du 1.8 TFSI.

Audi A5 Cabriolet

Conclusion

Le charme agit ! Cette A5 supporte parfaitement bien le poids des ans. La qualité de l’habitacle est tel que pour un grand cabriolet, dont le châssis subit forcément des torsions, on est surpris de ne pas entendre le moindre bruit parasite dans le tableau de bord (rossignols, grincements, craquements…), véritable exploit sur les très mauvaises routes héraultaises ! Pour qui veut un cabriolet premium quatre places faciles à vivre, permettant de parcourir de longues distances, et relativement doux avec le portefeuille, cette Audi A5 Cabriolet 1.8 TFSI est le choix idéal !

Galerie photo :

Partager cet article :

A propos de l'auteur

Guillaume Lescaroux
Guillaume Lescaroux

Passionné d'automobile depuis sa plus tendre enfance, Guillaume a toujours rêvé de pouvoir la partager avec toute personne sensible à ce secteur. Pilote à ses heures perdues, il a pris le volant pour Sport Auto lors de la saison 2011 de la Caterham Academy France.

2 Commentaires

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.