Auto Lifestyle

Essai : Jaguar XE R-Sport 2.0d 180 ch BVA8

Essai : Jaguar XE R-Sport 2.0d 180 ch BVA8

3 commentaires 📅02 juillet 2015, 08:07

La semaine dernière, j’ai pu découvrir la nouvelle Jaguar XE au Pavillon Baltard où le groupe Précision Automobiles a organisé des séances d’essais Jaguar de sa berline familiale. Après la prise en main, il y a deux mois, de la XE S V6 340 ch par Guillaume, j’ai décidé de réaliser l’essai de la version 4 cylindres « Ingenium » Diesel haut de gamme, développant pas moins de 180 ch. Contact.

Jaguar XE

Jaguar XE R-Sport 2.0d 180 ch BVA8 : design exterieur et vie a bord

Design exterieur

Cette nouvelle Jaguar XE remet les compteurs à zéro en ce qui concerne le design, tant elle bouleverse les codes stylistiques de sa devancière, la X-Type au look « old school » ! Les lignes sont désormais tendues, plus acérées, dirigées vers l’avant et ses phares « méchants », presque intimidants pour la voiture qui vous précède… Surtout dans cette livrée noire complète, de la peinture « Ultimate Black » aux jantes 18″ noires brillantes en passant par les ouïes latérales et la grille de calandre entièrement noires également. Le profil est élancé, la voiture semble prête à bondir tel un fauve, grâce notamment à son long capot.

Jaguar XE

Les touches sportives de cette finition « R-Sport » au niveau des bas de caisse et du bouclier avant, sans oublier les badges du même nom dans les ouïes latérales, finissent ce rendu « bad boy » assumé.

Jaguar XE

Habitacle

En s’installant à bord, sport et luxe se mélangent. Je disposais d’une très belle sellerie en cuir bicolore noire et rouge, apportant de la couleur à cet habitacle.

Jaguar XE

Les surpiqûres rouges sur la planche de bord, les habillages en carbone optionnels, le volant sport avec inserts alu et inscription « R-Sport » ainsi que les compteurs tubulaires typés F-Type assurent l’ambiance sportive et donnent envie de démarrer le moteur.

Jaguar XE

La finition de l’habitacle est aux standards du premium allemand, et le rend très agréable à l’œil. Cela permet de mieux intégrer la partie centrale comprenant l’écran multimédia et les deux aérations de la clim’, qui souffrent d’un dessin trop classique à mon goût.

Jaguar XE

En dessous, les commandes de la climatisation côtoient le bouton de démarrage gris, rétroéclairé en rouge. L’ensemble est épuré et moderne malgré le maintien de toutes ces touches physiques, qui n’est pas pour me déplaire.

Jaguar XE

La partie dynamique, se commande entre les sièges avec le fameux sélecteur de boîte de vitesses rond qui sort lorsque l’on met le contact, ainsi qu’avec le sélecteur de modes de conduite « JaguarDrive Control » agissant sur la direction, le moteur, la boîte et la réponse à l’accélérateur selon 4 modes : Dynamique, Standard, Éco et Hiver.

Jaguar XE

Jaguar XE

Jaguar XE

À la place du conducteur, on se sent comme enveloppé avec des surfaces vitrées légèrement réduites, une position basse et surtout cet habillage reliant les portes avant en contournant le tableau de bord par l’avant, avec une petite plaque métallique « Jaguar » en son centre. Il est dur de s’en rendre compte sur photos, mais cet élément, placé directement dans le champ de vision du conducteur, fait beaucoup pour le style et le charme de cet intérieur.

Jaguar XE

Les aérations latérales en métal d’aspect mat, avec l’inscription Jaguar sur les buses de réglage, font aussi leur petit effet.

Jaguar XE

Côté pratique, c’est là que ça coince, la recherche du style et l’ergonomie sportive ont pris le pas sur les rangements, peu présents et de plutôt faibles contenances. Les places arrières sont confortables et accueillantes mais l’espace aux jambes est juste suffisant pour des adultes, sans plus.

Jaguar XE

Jaguar XE

Heureusement, le coffre dispose de 455 litres de volume, ce qui vous permettra de partir sereinement à trois ou quatre personnes, en attendant une éventuelle version break, plus facile à charger.

Jaguar XE R-Sport 2.0d 180 ch BVA8 : essai routier

Ma petite virée en Jaguar XE s’est déroulée en parcours urbain, et m’a permis de voir comment elle se comportait en usage quotidien. Avec son long capot et sa position de conduite basse, on a l’impression d’être dans une voiture plus grosse que ce qu’elle est vraiment. Bien installé, avec les sièges sport aux bons maintiens latéraux qui se sont avérés confortables, et le volant à la jante légèrement moelleuse qui est vraiment agréable au toucher, j’étais dans de bonnes dispositions pour profiter du trajet.

Jaguar XE

La promesse des nouveaux moteurs « Ingenium » dont Jaguar fait la promotion depuis un bon moment, qui sont censés être performants, efficients, peu bruyants, avares en vibrations mais pas en sensations, me paraît tenue ! Les 3 millions de kilomètres de tests effectués par la marque sur tous ces nouveaux blocs essence et Diesel, gage de fiabilité, semblent avoir portés leurs fruits. En Diesel, deux puissances au choix : 163 ou 180 chevaux, tous deux des quatre cylindres 2.0 L., les seuls à avoir droit à la boîte manuelle. Faite majoritairement d’aluminium, la XE annonce un poids contenu à 1 565 kg et un comportement très rigoureux.

Jaguar XE

Mon modèle d’essai était équipé du plus puissant des deux en boîte automatique 8 rapports. Dès les premiers tours de roues, on remarque sa douceur de fonctionnement, sans à-coups de la boîte. L’insonorisation est excellente, et lorsque l’on ouvre la vitre, en accélération, on entend le sifflement du turbo, et bien sûr un bruit de Diesel, mais cette fois on est loin de celui d’un gros tracteur. Les claquements, la XE, elle ne connait pas ! En ville, on a vite fait de dépasser la vitesse limite, tant elle ne se fait pas sentir. L’affichage tête haute devient très pratique… De plus, il permet d’afficher les instructions du GPS, qui par ailleurs est très intuitif, avec une carte claire et des menus simples à utiliser pour l’accès aux différents modes de l’écran multimédia pendant la conduite.

Jaguar XE

Jaguar XE

La direction est consistante et précise, la boîte de vitesses est rapide et rétrograde toute seule dès que l’on demande de la puissance. En revanche, en mode séquentiel que l’on active en appuyant sur l’une des palettes au volant, si l’on reste trop longtemps sans changer de rapport, elle repasse toute seule en mode « Drive » et se remet à monter les rapports très tôt. Le mode « Sport » sera plus adapté à un vrai contrôle manuel de la boîte mais avec une moins grande douceur de fonctionnement. N’étant pas sorti de la ville, je n’ai pas pu profiter du potentiel des 180 chevaux à 4000 tr/min et 430 Nm de couple dès 1750 tr/min de cette propulsion agréable à conduire qui annonce un 0 à 100 km/h en 7.8 secondes. C’était donc le confort qui prédominait ici.

Acheter une Jaguar XE

Le prix d’attaque pour accéder à la XE est de 37 000 €, avec les motorisations Diesel très économes et la finition Pure en boîte manuelle. Les deux niveaux de puissances sont au même prix et la BVA 8 rapports coûte 2 500 €. La finition haut de gamme « Portfolio », n’est disponible en Diesel que sur la version 180 ch. Le ticket d’entrée pour les versions essence est de 37 200 € avec le 4 cylindres 2.0 L. de 200 ch et il faudra compter 5 700 € supplémentaire pour avoir 40 chevaux de plus. Dans le haut du panier, la XE S et ses 340 chevaux vous demandera au minimum 61 800 €, avec la possibilité d’ajouter pour plus de 20 000 € d’options. Quant à notre version d’essai R-Sport 180 ch BVA8 et ses options, vous pourrez vous l’offrir pour 55 375 €.

Jaguar XE

Conclusion

Durant cet essai, j’ai été séduit par ses lignes et la prestance qu’elles dégagent. Une belle impression qui se poursuit à l’intérieur grâce à une belle finition et un poste de conduite agréable à regarder. Le côté sportif de cette berline est mis en avant à tous les niveaux mais mon essai en ville m’a surtout permis de me rendre compte de son bon confort et de sa douceur de conduite. À son volant, l’impression d’encombrement qu’elle donne peut dérouter, pourtant la place manque un peu à l’arrière et au niveau des rangements. Mis à part ces détails, j’aimerais que la boîte manuelle soit disponible sur les motorisations essence, mais aucun doute, elle a de quoi jouer les premiers rôles de la catégorie !

Merci aux concessions Jaguar du groupe Précision Automobiles, 2 concessions (St Maur des Fossés et Paris 19) + 3 Etablissements Réparateur Agréé (Bagneux, Meaux, Fontainebleau), pour cette généreuse invitation.

Pour plus d’informations et pour vous permettre de peut-être la découvrir en vrai, voici un lien qui pourrait vous être utile : www.jaguar-paris.fr

Partager cet article :

3 Commentaires

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.