Auto Lifestyle

Essai : Audi A1 Sportback 1.6 TDI Ambition luxe S-tronic

Essai : Audi A1 Sportback 1.6 TDI Ambition luxe S-tronic

1 commentaire 📅30 octobre 2014, 08:33

La citadine de la marque aux anneaux a fait sa première apparition en 2010 au salon de Genève. Elle arrive à la commercialisation quelques semaines plus tard. Après le cuisant échec de sa petite A2 il y a quelques années, Audi se devait de réaliser une copie parfaite. Lancée sur le marché pour détrôner la reine Mini, l’A1 se montre à la hauteur de toutes les attentes. Plébiscitée par le public après son apparition au salon de Genève, la puce d’Ingolstadt est devenue un best seller. Nous avons pu essayer la version A1 Sportback (5 portes) équipée du moteur diesel 1.6 TDI accouplé à la fabuleuse boite semi-robotisée S-tronic en finition Ambition Luxe. Notre A1 est de 2013 et affiche à peine 10 000 km au compteur, donc à peine rodée.

Audi A1 Sportback : Design et vie a bord

Design exterieur

Audi A1 Sportback

Cette petite A1 est le modèle d’entrée de gamme d’Audi, mais elle a tout de ses grandes soeurs. La calandre emblématique est bien sûr présente ainsi que les rétroviseurs en porte drapeaux. Au premier regard, on sait obligatoirement que nous sommes en présence d’une Audi. Au delà des codes stylistiques de la marque, la petite citadine Premium se fait remarquée par ses courbes toutes en rondeurs, à l’image de son pavillon. Cet effet de rondeur est magnifié par les deux arches couleur « Alu » qui s’étirent du capot avant, en passant par le toit et allant jusqu’à la malle arrière.

Audi A1 Sportback

La partie arrière de l’auto, à l’image du hayon reste dans le style arrondi et grâce aux feux saillants, ce style est rehaussé et magnifié. Difficile de trouver un défaut à la citadine tant son design extérieur est une réussite. De plus notre modèle d’essai est équipé de jantes en alliage optionnelle du plus bel effet qui démontre le coté « chic » de notre A1. Audi nous habitue à une qualité de fabrication au dessus du lot et ce n’est pas parce que l’A1 est son entrée de gamme que le constructeur se laisse aller. Bien au contraire les ajustements entre les panneaux de carrosserie son parfaits. Du haut niveau !

Audi A1 Sportback

Interieur

Comme à l’extérieur, les anneaux ont encore réussi à produire un modèle parfaitement fini. La qualité d’assemblage est sans reproche. Notre modèle est le haut de gamme en terme de finition et cela se ressent. Les sièges sont en cuir de bonne qualité preuve du bon vieillissement de ceux-ci. La planche de bord est en revanche à l’image des marques Allemandes, triste mais bien sûr rigoureuse. J’émettrais toutefois un petit bémol sur le style de la console centrale. Le constructeur a voulu la rendre épurée en installant le GPS sur le dessus de la planche de bord. Personnellement je trouve que cela fait un peu trop dépouillé mais après ce n’est qu’une histoire de perception.

Audi A1 Sportback intérieur

Audi A1 Sportback planche de bord

Au niveau de l’interface, la marque Allemande a réellement progressé. Dans les modèles précédents, il était vraiment compliqué de se servir du GPS voire de trouver sa station de radio favorite. Pari gagné pour cette A1 avec un système à le fois intuitif et simple d’utilisation. La connexion avec votre téléphone portable se fait rapidement via le Bluetooth, de même pour entrer une destination dans le GPS. La navigation est elle aussi au « top ». Les destinations et changements de cap son donnés suffisamment à l’avance pour ne pas commettre d’erreur et d’imprudence sur la route. Je trouve que l’interface est vraiment une réussite et la marque a fait un énorme pas en avant dans ce domaine. Coté poste de conduite pas de mauvaise surprise. L’installation est aisée et rapide. Les commandes tombent parfaitement sous la main et tout est plutôt intuitif dans ce modèle. On se sent rapidement comme à la maison. Pour finir sur l’habitabilité de notre petite citadine Premium, il est aisé de voyager à 4 dans ce modèle voire à 5 mais les 3 personnes à l’arrière seront à l’étroit. Coté volume du coffre, celui-ci est honnête pour sa catégorie. Il sera facile de partir en vacances à deux, mais à 4 ou 5, il faudra penser à la remorque, mais ce n’est pas sa vocation première.

audi-A1-Sportback-coffre

Audi A1 Sportback : Essai routier

Comme vous vous en doutez, le terrain favori de la puce est la ville et on peut dire que cette A1 est particulièrement efficace dans ce domaine. Grâce à son gabarit ainsi qu’à son poids contenu (1 185 kg), la citadine circule aisément dans les agglomérations. De plus équipé de la boite de vitesse semi-robotisée, S-tronic, la conduite devient vraiment facile. Pas besoin de se battre avec la pédale d’embrayage à chaque feu rouge. La boite S-Tronic se montre particulièrement souple et réactive, un vrai régal. Et pourtant, je peux vous affirmer que je ne suis pas un fan des boites « auto ». Du point de vue suspension, notre A1 ne peut renier ses origines germaniques. Elle se montre ferme mais contrairement à d’autres modèles, elle n’est pas cassante. Je dirai même qu’elle est agréable. Sa direction à assistance électrique est également très appréciable en ville. Ce système se montre intelligent car en conduite calme, le volant sera d’une souplesse exemplaire alors que si le rythme augmente la direction se durcira. Sur départementale, l’A1 est également dans son élément. Elle peut même se montrer joueuse grâce à son châssis affuté et bien suspendu. Il sera aisé d’avaler les kilomètres voire même ludique si vous le souhaitez. En revanche sur autoroute, notre modeste motorisation de 90 chevaux montre rapidement ses limites surtout en cas de forte accélération pour dépasser. A la vitesse légale de 130 km/h, l’auto se montre calée et aucune vibration n’est décelée. De même l’insonorisation est de bon niveau sans pour autant être sans faille. Pour finir sur notre A1 Sportback, la consommation. Sur ce point, la citadine est vraiment surprenante. Après avoir parcouru environ 500 km mélangeant ville, route et autoroute, l’ordinateur de bord nous indique une consommation moyenne de 5,5 litres. J’avoue ne pas avoir été tendre sur départementale et suis agréablement surpris par cette faible consommation. En conduite normale, je pense que les 4,2 litres donnés par le constructeur ne seront pas faciles à atteindre mais objectivement la moyenne devrait se stabiliser à 5 litres. Autre bon point, pour le modèle d’entrée de gamme d’Audi.

Acheter une Audi A1

L’A1 débute en entrée de gamme à partir de 16 500 Euros mais la note peut grimper rapidement en fonction de la motorisation, de la finition ainsi que des options dont la liste est interminable. Rappelons que l’Audi A1 est avant tout une citadine mais une citadine Premium donc son prix d’acquisition neuf est facturé à l’image des qualités de l’auto ainsi que de son blason. Si vous souhaitez acquérir une A1, vous pouvez vous essayer sur le configurateur de la marque dont voici le lien :

http://configurator.audi.fr/controller?next=carline-page&mandant=accx-fr

L’A1 étant sortie en 2010, il est de nos jours facile de trouver un modèle en occasion. Les prix débutent à partir de 9 500 Euros pour des modèles d’entrée de gamme de 2010 affichant un kilométrage au dessus de la moyenne. Comme pour les modèles neufs, les options, finitions et motorisations feront grimper rapidement le prix demandé par le vendeur. Par exemple, vous trouverez des modèles proche de celui de notre essai à un prix compris entre 20 500 et 27 000 Euros. La cote de l’auto baisse moins rapidement que la concurrence car elle est à la mode et la demande est très forte sur le marché de l’occasion.

Conclusion

Si vous cherchez une voiture pour vous conduire tous les jours au travail dans le flot de la circulation urbaine, l’Audi A1 est faite pour vous ! De plus elle vous permettra de partir en week-end voire en vacances, si vous n’avez pas trop de bagages. Son design et son comportement font de la citadine d’Audi, l’une voire la référence dans sa catégorie. La mini 2 était largement dépassée par l’A1. Qu’en sera t’il de la Mini 3 qui vient d’arriver sur le marché ? Attention, la reine pourrais bien définitivement perdre sa couronne !

Partager cet article :

A propos de l'auteur

Emmanuel Delion
Emmanuel Delion

Passionné par la Formule 1 depuis l'enfance, fan incontesté de Michael Schumacher, Damon Hill, ainsi que de la nouvelle génération : Lewis Hamilton et Sebastian Vettel, je vous propose de partager mes émotions à travers ce blog. Pilote à mes heures perdues, je partagerai avec vous mes sorties sur piste.

Un commentaire

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.