Auto Lifestyle

Essai : 1ere prise en main du nouveau Volvo XC90

Essai : 1ere prise en main du nouveau Volvo XC90

5 commentaires 📅07 juillet 2015, 08:00

Après une belle carrière, le XC90 de Volvo se renouvelle avec une philosophie plus haut de gamme, plus technologique et avec un physique très statutaire. Volvo est-il armé pour affronter un marché des SUV haut de gamme devenu ultra compétitif ?

C’est grâce au groupe Priod et ses concessions Volvo Actena Automobiles, en Ile-de-France, ainsi qu’à la gentillesse et la disponibilité de ses équipes que nous avons pu prendre en main ce nouveau colosse scandinave, dans différents niveaux de finition, mais toujours avec la motorisation D5, à savoir un 4 cylindres 2.0 diesel bi-turbo développant 225 ch.

Design exterieur : melange d’ elegance scandinave et Thor, le personnage des BD Marvel

Il est le premier de la gamme à annoncer le nouveau style de la marque suédoise. C’est franchement un beau véhicule, très statutaire, avec de belles proportions, sans faire camion. L’impression perçue est vraiment valorisante : haut de gamme, mais pas agressif, pas vulgaire, ni tape à l’œil. Il est évidemment sublimé dans ses finitions Inscription et R-design (qui n’était pas présentées, mais que nous avons découvertes au Salon de Genève en mars dernier). En terme de dimensions on est, pour faire simple, dans la catégorie des Audi Q7, BMW X5, Jeep Grand Cherokee, Mercedes M, Range Rover Sport,…

Volvo XC90

Design interieur : a l’image de l’ exterieur, sobre, luxueux, de bon gout

L’intérieur nous a plu, pour plusieurs raisons. La première est olfactive. les matériaux utilisés sont beaux, parfaitement intégrés, qu’il s’agisse du bois, de l’acier cisaillé, de l’alu, ou encore du cuir. L’expérience se confirme avec le toucher, on prend plaisir à manipuler les rares commandes, comme le sélecteur de mode de conduite. On est dans le monde du Premium et même du Luxe si on opte pour la finition Inscription Luxe qui voit la planche de bord ainsi que le dessus des contreportes recouvertes d’un cuir du plus bel effet.

Autre motif de satisfaction : la technologie embarquée et sa simplicité d’utilisation. Le tableau de bord est épuré, il ne reste pour ainsi dire qu’un écran tactile de bonne taille (ni trop grand, ni trop petit), aussi simple à utiliser que la tablette du géant californien à la pomme. Ensuite vous avec une molette stop/start, la clim et une molette qui ne sert qu’à commander les différents modes de conduite : Eco, Confort, Dynamic.

A noter que le Volvo XC90 est un sept places d’origine. Deux sièges sont dissimulés dans le plancher du coffre parfaitement plat et se déplient facilement. l’accès est plus problématique en revanche. Heureusement le hayon électrique de série ainsi que le coffre en vaste en configuration sept places font oublier ce détail.

Volvo XC90

La conduite : un SUV qui vous veut du bien

Durant cette courte prise en main, nous avons roulé sur départementales, ce qui nous a permis d’apprécier le confort, les relances et plus globalement le comportement de ce nouveau Volvo XC90, sur les modes Confort et Dynamic.

Évidemment, un véhicule haut perché de deux tonnes n’est pas une ballerine, mais Volvo n’a pas la prétention d’en faire une sportive. Donc prenons la pour ce qu’elle est : un SUV luxueux, familial, confortable. De ce point de vue, rien à redire ! Le XC90 absorbe parfaitement les irrégularités de la route sans pour autant vous couper de celle-ci, tout en gardant un peu de roulis, tandis que les rapports montent et redescendent avec douceur. Ne cherchez pas les palettes derrière le volant, il n’y en a pas, et seul le court levier de la boite auto pourra vous donner accès au mode « manuel ». Seule une boîte automatique à 8 rapports est disponible. Les reprises sont très honorables pour un véhicule aussi lourd, on avait peur que celui-ci soit sous-motorisé, ça n’est pas le cas. Les râles du bloc diesel sont en revanche peu agréables et peu en rapport avec le raffinement de ce Volvo XC90.

Le mode Dynamic permet de gommer une direction un peu trop assistée et trop démultipliée pour rouler à un bon rythme sur ce réseau secondaire pourtant peu tortueux que nous avons emprunté. La direction devient plus lourde et plus directe. Ce n’est pas un scalpel, hein, entendons nous bien, mais cela permet d’avoir une conduite plus rapide sans arrière pensée. En revanche les suspensions perdent en grande partie leur confort et percutent comme sur une berline sportive. On va dire que le contraste dans les lois de suspension est un peu caricatural, mais au moins vous sentez bien le caractère changeant des deux modes !

Volvo XC90

La gamme : sans aucun doute interessante et coherente

La gamme est composée, malgré les appellations désignant habituellement le nombre de cylindres (D4, D5, T5, T6) chez Volvo, uniquement de 4 cylindres 2.0 turbo essence et turbo diesel. Avec quatre niveaux de puissance et une alléchante hybride :

  • D4 : 4 cylindres 2.0 TDI 190 ch
  • D5 AWD : 4 cylindres 2.0 TDI 225 ch
  • T5 AWD : 4 cylindres 2.0 turbo 254 ch
  • T6 AWD : 4 cylindres 2.0 turbo 320 ch
  • T8 Twin Engine hybrid : 4 cylindres 2.0 turbo hybrid 407 ch

Cinq finitions sont disponibles :

  • Kinetic, finition d’entrée de gamme (à partir de 49.900 €)
  • Momentum (à partir de 56.350 €)
  • R-Design et Inscription (à partir de 63.300 €)
  • Inscription Luxe (à partir de 70.540 €)

Volvo XC90

Conclusion

Sur ce marché très prisé des SUV haut de gamme, il y a fort à parier que le Volvo XC90 sera un best-seller. Les prises de commandes (depuis le salon de Paris 2014 !) en attestent : il plaît et se vend déjà très bien ! D’ailleurs, non seulement les propriétaires de XC90 semblent satisfaits du remplaçant (qui se faisait attendre !) et surtout pour le constructeur scandinave, il est capable d’aller chercher une clientèle moins fidèle, actuellement abonnée aux constructeurs allemands. Pour nous il est véritablement un concurrent des SUV allemands et même du Range Sport, tant qu’on reste dans des niveaux de performances rationnels pour ce type de véhicule : il ne faut pas, pour le moment du moins, imaginer le XC90 se battre avec les déclinaisons AMG, Motorsport, Turbo ou encore SVO de ses rivaux.

Volvo XC90

Partager cet article :

A propos de l'auteur

Guillaume Lescaroux
Guillaume Lescaroux

Passionné d'automobile depuis sa plus tendre enfance, Guillaume a toujours rêvé de pouvoir la partager avec toute personne sensible à ce secteur. Pilote à ses heures perdues, il a pris le volant pour Sport Auto lors de la saison 2011 de la Caterham Academy France.

5 Commentaires

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.