Auto Lifestyle

Essai : Seat Leon 1.4 TSI 150 ch DSG Connect, l’attrait de l’essence

Essai : Seat Leon 1.4 TSI 150 ch DSG Connect, l’attrait de l’essence

1 commentaire 📅16 mars 2017, 08:03

Apparue en 2012, cette génération de Leon n’est pas franchement une nouveauté. Ce qui l’est plus, c’est que le mois de janvier 2017 aura été le premier en 12 ans où sur le marché français les véhicules neufs essence se sont mieux vendus que les diesel. Nous avons sollicité Seat France pour nous prêter une Leon configurée avec un petit moteur essence et une boîte DSG durant une semaine complète, afin de l’utiliser au quotidien en Ile-de-France et d’en évaluer l’attractivité et l’agrément au moment où se pose la question diesel ou essence ?

Seat Leon

Seat Leon : design et vie à bord

Design extérieur : propre, net et sans bavure

Si la livrée blanche de notre modèle d’essai n’est pas celle qui mette le mieux en valeur notre modèle d’essai, le design assagi de cette génération de Leon fait mouche. Sérieuse mais affirmée, cette Leon crée le lien avec ses clones du groupes VW, Golf et A3. C’est valorisant pour la Seat, qui n’est pas positionnée comme une premium. Sa signature lumineuse attire les regards, et confirme son appartenance au groupe VW qui soigne particulièrement ses éclairages, Audi en tête. On regrettera simplement l’échappement invisible, caché et certainement courbé derrière la pare-chocs arrière, tel un vulgaire TDI. Cette petite Leon aurait mérité une belle petite sortie double.

Notre modèle d’essai est équipé de roues en 17 » peinte en gris foncé, ainsi que les coques de rétroviseurs, accentuant l’esprit sportif.

Seat Leon

Dans le cadre de notre essai , nous avons apprécié son design discret et ses dimensions qui nous ont permis de trouver facilement des places de stationnement, dans tous les quartiers par lesquels nous sommes passés, malgré des dimensions généreuses: 4.26 m en longueur et tout de même 1.81 m de large. Attention aux pare-chocs peints qui sont tout de même très exposés aux rayures, alors que les jantes sont elles relativement bien protégées par des pneus à flancs assez hauts et un design qui n’est pas exagérément affleurant.

Seat Leon

Design intérieur : sobriété, efficacité, connecté

Si la qualité perçue des matériaux employés est en nette régression comparé au SUV Seat Ateca que nous avons essayé il y a quelques mois, il faut aussi admettre que la Leon a quatre ans de plus. Il conviendra de confirmer ou non ce point avec la nouvelle version de la Leon, qui arrive sur le marché. Pour le design en revanche il n’y a rien à reprocher, cette planche de bord inclinée vers le conducteur, relativement épurée et avec des commandes très claires est tout simplement bien pensée et plaisante. Notre modèle, qui est une série Connect, est équipé du système infotainment avec l’interface compatible tous smartphones (Apple Car Play, Androïd Auto et Mirror Link). Ce système média est une réelle valeur ajoutée pour notre Seat Leon ! Ce système est complet, simple d’utilisation et performant ! Cette série Connect est un véritable atout dans une utilisation quotidienne, simplifiant entre autres, les déplacements des professionnels. Si le GPS n’est pas dans la dotation, nous sommes aujourd’hui tous équipés d’un smartphone équipé d’un GPS performant, ergonomique et remis à jour en continu gratuitement. Sans parler de la fonction indiquant les axes surchargés. C’est mieux qu’un GPS de série, est toujours moins intuitif et lent dans son utilisation, sans compter que la cartographie finie toujours par être dépassée… Il suffit de posséder un forfait data important ainsi que d’un câble qui se connecte tout simplement dans le bas de la planche de bord, avec une petite niche pour y glisser votre smartphone sans que celui-ci glisse, tape, ou ne tombe… Seul grief, en dehors d’habillage un peu austère, la jante du volant trois branches, un peu fine…

Par ailleurs, le confort des sièges est bon, on y trouve facilement sa position. Seule la position du volant un peu haute nous semble être un peu fatigante, mais l’accoudoir central et celui de la portière permettent de trouver une position agréable sur les longs parcours.

Seat Leon

Bonne note : l’espace aux places arrière, généreux pour les grands aussi bien au niveau des jambes que de la tête, avec une hauteur de pavillon très appréciable. Ce n’est pas toujours le cas dans les berlines routières compactes…

Seat Leon

Seat Leon : sur la route, petit mais costaud ce 1.4 TSI !

Tout d’abord, rappelons que cette Leon repose sur la fameuse plateforme MQP, celle-la même qui est utilisée sur une grande majorité des modèles des marques VW, Audi, Skoda et Seat. Et à chaque fois de vous dire : que cette plateforme est magique, équilibrée, dynamique, confortable, etc… Et encore une fois, elle nous émerveille. La Seat est de surcroît légère avec seulement 1 260 kg dans notre configuration mécanique, ce qui n’est pas pour déplaire à plus d’un titre : non seulement l’auto est agile et alerte sans pour autant se prévaloir d’être une sportive, et elle est économe ; sur une semaine en Ile-de-France et conditions d’essai, nous avons fait 8l/100 km. Et c’est là que l’agrément de notre Leon saute aux yeux. Le petit 1.4 turbo de 150 ch s’en sort à merveille. Comme sous le capot de l’Audi Q2, il déborde de couple, il est silencieux et il consomme peu si on ne le sollicite pas à outrance. La cartographie est cependant un brin différente : Seat semble avoir privilégié un couple à bas régime qui met facilement à mal la motricité sur sol humide, mais dont la courbe chute assez tôt. La Q2 semblait plus lisse mais mieux équilibrée sur ce point, avec une faculté à s’arracher peut être un peu moins violente, mais capable de meilleures reprises lancée sur l’autoroute, par exemple. La boite DSG est évidemment parfaite dans sa gestion et sa douceur, mais nous regrettons l’absence de palettes derrière ce volant… En dehors de sucrer le côté ludique sur route, cela veut dire aussi que niveau frein moteur il faut s’en remettre au levier qui monte et descend les rapports dans le mauvais sens.

Seat Leon

Conclusion : la configuration idéale !

Cette Seat Leon, dans sa configuration 1.4 TSI 150 ch DSG Connect nous a pleinement convaincus. Rouler dans cette compacte dans les conditions stressantes et fatigantes de Paris et sa région, soit les pires conditions, s’est révélé agréable et rationnel. Là où la lourdeur d’un bloc diesel et son bruit très désagréable rendent souvent indigeste la conduite des TDI, notre TSI s’est quant à elle illustrée par la légèreté de sa conduite, sa facilité de conduite et son utilisation simplissime. Mais ça tout le monde s’en doute et c’était le prix à payer pour avoir une auto économe et coupleuse malgré une cylindré pas trop élevée. Mais aujourd’hui, même dans une carrosserie cinq portes pouvant transporter cinq personnes avec des bagages, vous avez des performances très honorables, et même bluffantes permettant une réelle polyvalence. Et de surcroît, ça ne consomme pas beaucoup plus ! Comment ça le prix du gazoil est presque au niveau du super 95 ?!

On a aimé :

  • Son tarif bien positionné : à 26 320 € et un bonus/malus neutre, cette Seat vous en offre beaucoup dans cette catégorie très compétitive
  • Son 1.4 TSI très performant et sobre
  • La boîte DSG7, douce et réactive
  • L’agilité et la sensation de légèreté procurées
  • Le système média simple à utiliser et très efficace !
  • La consommation mesurée
  • Les surpiqures bleues sur le cuir noir, option souvent facturée dans les département exclusifs des constructeurs premium/luxe

On a moins aimé :

  • Le pot d’échappement masqué
  • L’intérieur un peu sombre…
  • Pas de palettes au volant
  • La jante du volant un peu fine
  • la sonorité quelconque du bloc 1.4 TSI

 

Partager cet article :

A propos de l'auteur

Guillaume Lescaroux
Guillaume Lescaroux

Passionné d'automobile depuis sa plus tendre enfance, Guillaume a toujours rêvé de pouvoir la partager avec toute personne sensible à ce secteur. Pilote à ses heures perdues, il a pris le volant pour Sport Auto lors de la saison 2011 de la Caterham Academy France.

Un commentaire

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire