Auto Lifestyle

Essai : Audi Q7 e-tron quattro

Essai : Audi Q7 e-tron quattro

0 commentaire 📅27 octobre 2017, 08:05

Vous vous souvenez ? Il y a quelques semaines nous participions à l’Audi quattro experience et découvrions par la même occasion l’Audi Q7 e-tron quattro. Revenons aujourd’hui sur ce SUV.

La Q7 e-tron quattro est la déclinaison hybride rechargeable du plus gros SUV du constructeur. Pour la première fois, Audi équipe un de ses véhicules avec la technologie hybride à un moteur diesel, son V6 3.0L. Mais nous y reviendrons dans la partie « essai routier » de ce billet.

Audi Q7 e-tron quattro : design et vie à bord

Design extérieur

Dévoilé fin 2014, la 2nde génération de la Q7 a perdu de ses rondeurs et a adopté au contraire des angles saillants et lignes tendues.

Audi Q7 e-tron

Il aura fallu un peu de temps à s’y habituer mais maintenant ce design ne nous choque plus du tout. Au contraire, le SUV est ainsi plus élégant qu’il ne l’était et inspire davantage la notion de puissance.

Parmi les spécificités de cette version e-tron sortie en 2016, c’est que derrière les 4 anneaux sur la calandre Singleframe, on découvre la prise pour la recharge électrique comme sur l’Audi A3 Sportback e-tron que nous avions essayé fin 2014 et également les jantes de 19 pouces.

Audi Q7 e-tron

Et à l’arrière, l’absence de pots d’échappements visibles pour souligner l’hybridation du SUV.

Habitacle

Au niveau de l’habitacle, première surprise : il n’y a que 5 places. Et oui adieu la 3ème rangée au profit de la batterie ! Pour les places restantes, en revanche on notera l’espace et le confort pour chacun, où plutôt pour les 4 principales places. La 5ème reste une place d’appoint pour laquelle nous déconseillons les longs trajets comme dans la Q5.

Audi Q7 e-tron

A l’avant, on retrouve une planche de bord agréable à regarder avec l’utilisation d’un bois gris foncé nervuré d’aluminium, très élégant associé à une bande en aluminium qui parcourt toute la planche.

Audi Q7 e-tron

Derrière le volant, se trouve le virtual cockpit pour conserver les yeux sur la route.

Audi Q7 e-tron

L’écran central est escamotable permettant de ne pas casser la ligne de la planche de bord lorsque son usage n’est pas nécessaire.

Enfin, entre les 2 passagers avant, une large console sur laquelle on va retrouver un large accoudoir dans lequel on peut ranger des bouteilles, un vide poche qui peut également permettre de recharger votre téléphone par induction, les portes gobelets ainsi que le levier de vitesses et la commande de l’infodiverissement composée d’une molette et d’un trackpad comme sur les A5 et Q5.

Le coffre est grand, mais néanmoins moins grand que sur les autres versions de la Q7, puisqu’on perd, en plus de la 3ème banquette pas moins de 240 litres pour céder la place à la batterie. Toutefois, le coffre est globalement assez grand pour accueillir les bagages de la famille. Même si la housse de rangement du cable de recharge n’est pas pour aider !

Un habitacle spacieux donc qui saura accueillir facilement et dans le confort jusqu’à 4 adultes.

Audi Q7 e-tron quattro : essai routier et hors piste !

Lors de mon récit sur la quattro experience, je vous avais dit que nous avions eu l’occasion d’essayer la Q7 sur route mais également sur chemin et sur un parcours off-road. Une bonne façon de pouvoir mesurer le comportement du SUV. Seul manquait une boucle sur autoroute mais comme on sait d’avance que c’est son terrain de jeu préféré, je pense que l’on a rien loupé !

Audi quattro experience

Je le disais en préambule, l’Audi Q7 e-tron est équipée du V6 3.0L de 258 chevaux couplé à un moteur électrique de 128 chevaux. Ensemble, ils cumulent une puissance de 373 chevaux pour un couple de 700 Nm.

Grâce à l’association de l’électrique et du diesel, le gros SUV est moins gourmand et arrive à descendre en dessous de 7 L / 100 km de consommation. Une stat plutôt rare à observer sur des véhicules de ce gabarit.

Audi Q7 e-tron

Jusqu’à 125 km/h, il est possible de rouler uniquement grâce au moteur électrique. Toutefois, cela ne durera que 50 km max. Mieux vaut associer le moteur diesel à celui électrique sans forcer dans un sens ou dans l’autre pour profiter au mieux. En effet, cela évite la surconsommation. De plus, conserver l’électricité pour les embouteillages en ville ou vos promenades tout-terrain est plus « éco-responsable ».

Audi quattro experience

Ce n’est pas la première fois que nous essayons un véhicule hybride rechargeable, mais il est toujours agréable de noter l’absence de bruit et la quasi-transparence entre le passage du moteur thermique à celui électrique. J’avais peur que ce soit un peu moins vrai avec un moteur diesel, mais les équipes d’Audi ont fait un super travail d’isolement.

Mais parlons de son comportement, car l’hybridation du SUV n’est pas rien et le moins que l’on puisse dire c’est qu’il a pris de l’embonpoint : + 450 kg sur la balance soit un total de 2 445 kg à vide !

La Q7 e-tron est un gros bébé et cela se ressent tout de même sur son comportement routier. Sur les routes, le surpoids se sent et entraîne un léger roulis malgré les suspensions pneumatiques qui font un boulot remarquable sur le confort. Pour autant, si l’on ne cherche pas à faire une course de côte, et compte-tenu de son poids, le SUV ne s’en tire pas si mal.

Audi quattro experience

Sur chemin, rien à dire, avec la transmission quattro et les suspensions pneumatiques nous permettant de nous surélever, la Q7 e-tron passe facilement. Du moins, dans les mêmes conditions que celles que nous avons eu : temps sec, pneus de route. Sur boue, je pense qu’il sera nécessaire d’équiper le SUV de pneumatiques spécifiques. Et globalement, l’engin n’est pas fait pour la boue donc contentez vous des balades en forêt quand il fait beau !

Audi quattro experience

Ce qui est super agréable quand vous faites du off-road avec un véhicule hybride, c’est le silence ! Comme nous sommes à basse vitesse, seules certaines côtes nécessitent que le moteur thermique entre en action. Du coup, on profite à fond de la nature et on n’entendra uniquement le bruit des pneus sur les graviers. Très apaisant !

Audi quattro experience

Comme je le disais, dans certains cas, il faudra cependant insister un peu plus en côte, sur l’accélérateur et ainsi déclencher le V6 TDI car bien entendu, le poids du SUV se ressent également en conditions de franchissement. Il ne faut donc pas hésiter, soit à prendre un peu d’élan, soit si ce n’est pas possible à accélérer un peu plus fort pour aider la transmission à prendre une meilleure adhérence.

Vous l’aurez compris, cette Q7 e-tron  est avant tout destinée aux longs voyages sur autoroute. Néanmoins, elle montre une certaine polyvalence et saura vous emmener vous et votre famille partout y compris hors des sentiers battus. Pour un comportement un peu plus sportif, il ne faudra pas oublier de sélectionner le mode de conduite « Dynamic » qui vient atténuer le comportement un peu lourdeau du SUV.

Acheter l’Audi Q7 e-tron quattro

Audi Q7 e-tron

L’Audi Q7 est disponible à partir de 62 000 €. La Q7 avec moteur 3.0L TDI s’affiche à partir de 66 380 €. La version Q7 e-tron quattro s’affiche elle à 83 260 €. Un sacré écart de prix il faut bien l’admettre même si, finalement on profite du moteur électrique en plus. Compte-tenu du prix actuel du gazole à la pompe et en roulant plus de 30 000 km / an, il doit être possible de rentabiliser cet écart mais en deçà cela semble compliquer. Malgré tout, pour cette catégorie de véhicule et avec le Malus de plus en plus sévère, ce véhicule reste intéressant sous le couvert d’une société car alors les taxes seront largement moins importantes que sur le V6 3.0 TDI classique permettant ainsi de réduire l’écart. Pour information, notre modèle d’essai était en plus pourvu de la finition Avus Extended et des options (17 395€) telles que les feux Matrix LED, le volant sport ou encore les sièges avant ventilés, s’affichant ainsi à 118 655 €.

Conclusion

L’Audi Q7 e-tron quattro est un bon SUV. Il offre confort et polyvalence. Il perd cependant un des atouts principaux de la Q7 : pouvoir accueillir 7 passagers. Rappelons que c’était l’un des premiers SUV à le proposer. Néanmoins, cela se fait au profit de l’hybridation qui permet de réduire fortement la consommation de carburant et les émissions de CO2 du SUV. Le quattro montre encore ses merveilles avec ce test off-road sur un véhicule de 2,4 t.

On a aimé :

  • le côté « éco-responsable » même si on le trouve un peu faussé par le diesel
  • le confort
  • l’absence de bruit

On a moins aimé :

  • le poids
  • la suppression de la 3ème rangée
  • le tarif un peu élevé
Partager cet article :

A propos de l'auteur

Elodie Delion Lescaroux
Elodie Delion Lescaroux

Après une formation marketing en école de commerce, je me suis orientée vers les métiers du web et de l’auto. J’ai travaillé durant 3 ans en tant que chef de projet et community manager chez Digital Dealer, agence web destinée aux distributeurs automobiles. Depuis je suis directeur marketing d’un groupe de distribution automobile parisien. Rédactrice de 2010 à 2013 pour Web&Luxe.com, j’ai finalement décidé de monter mon propre blog pour partager avec vous ma passion.

Aucun commentaire

Aucun commentaire !

Vous pouvez être le premier à commenter

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire