Auto Lifestyle

Essai : Audi Q5 2.0 TFSI 252 ch quattro S line S tronic

Essai : Audi Q5 2.0 TFSI 252 ch quattro S line S tronic

1 commentaire 📅22 juin 2017, 08:02

Nous avons récemment essayé la nouvelle Audi Q5 à l’occasion d’un weekend à la campagne avec Emmanuel et Guillaume. Audi nous a prêté le SUV dans l’une des configurations qui devraient le mieux se vendre maintenant que le diesel est boudé même du côté des SUV. La Q5 est motorisée par un 2.0L essence développant 252 chevaux. Ce moteur est associé à la transmission intégrale quattro et le boite de vitesse à double embrayage S tronic. Pour la finition, nous avons été gâtés puisqu’il s’agit de la gamme S line qui apporte un caractère plus sportif au SUV.

Audi Q5 2.0 TFSI 252 ch quattro S line S tronic

Audi Q5 : design et vie à bord

Design extérieur

La première génération de la Q5 est sortie en 2008 avant un restyling en 2012. Elle était donc devenue l’un des véhicules les plus vieux de la gamme du constructeur lorsqu’au Mondial 2016, le constructeur aux 4 anneaux a présenté la 2nde génération. Mais avec le succès rencontré par la 1ère génération, leader de son segment devant les Mercedes ML, BMW X3 ou encore Volvo XC60 jusqu’en 2015, Audi se devait d’évoluer en douceur !

La Q5 a un peu grandi mais a pour autant perdu un peu de poids (-90 kg selon les versions) grâce à l’utilisation de l’aluminium. Mais pour en revenir davantage au design, la Q5 revête la calandre singleframe 3D que l’on avait découvert sur la Q7.

Audi Q5 2.0 TFSI 252 ch quattro S line S tronic

Plus bas, grâce à aux suspensions adaptatives, ce SUV a évolué en douceur en perdant ses rondeurs sans toutefois être aussi « carré » que la Q7. Le design est élégant et séduira les amateurs de la marque. Il montre un caractère plus dynamique que la précédente génération.

Audi Q5 2.0 TFSI 252 ch quattro S line S tronic

Audi Q5 2.0 TFSI 252 ch quattro S line S tronic

A l’arrière, pas de fausse note non plus, l’ensemble ne fait pas trop massif et les clignotants dynamiques feront leur petit effet.

Audi Q5 2.0 TFSI 252 ch quattro S line S tronic

Une évolution en douceur donc mais qui apporte plus de personnalité à ce SUV et un caractère un peu plus sportif.

Habitacle

Audi Q5 2.0 TFSI 252 ch quattro S line S tronic

A l’intérieur, le changement est plus radical. La Q5 adopte une planche de bord épurée comme les autres modèles de la gamme Q qui se différencie très légèrement des habitacles de la gamme A. Pour autant, on trouve des airs de ressemblance avec l’Audi A5 cabriolet que nous avons essayé récemment comme l’écran multimédia « posé » au-dessus des aérations. Audi Q5 2.0 TFSI 252 ch quattro S line S tronic

Cet écran qui pourrait être mieux intégré laisse penser qu’il peut être dissimulé mais finalement non et surtout qui n’est pas tactile !

Audi Q5 2.0 TFSI 252 ch quattro S line S tronic

Il faudra se servir de la molette et du touchpad pour naviguer entre les fonctionnalités, ce qui n’est pas toujours évident surtout lorsque vous n’êtes pas encore habitués à l’interface MMI. Mais au moins vous n’aurez pas de traces de doigts !

Audi Q5 2.0 TFSI 252 ch quattro S line S tronic

Derrière le volant, on retrouve les informations principales du véhicule telles que la vitesse, le niveau de carburant ou encore la consommation mais on va surtout retrouver le GPS grâce au virtual cockpit. Après plusieurs essais de véhicules de la gamme Audi qui en sont équipés j’en suis toujours fan. C’est très pratique pour voir vers où on va sans avoir à trop quitter la route et on retrouve aussi l’affichage tête haute qui vient compléter ce dernier.

Audi Q5 2.0 TFSI 252 ch quattro S line S tronic Audi Q5 2.0 TFSI 252 ch quattro S line S tronic

Le volant à méplat est équipé des palettes au volant mais finalement c’est le levier de la boite à double embrayage S tronic qui nous convient le mieux. Les palettes se montrent un peu trop petites et pourront se montrer difficiles à trouver dans les courbes. Le levier est agréable sous la main et bien placé.

Enfin, pour finir sur l’avant de cet habitacle, notez que dans l’accoudoir central on retrouve un chargeur de smartphone par induction et les prises USB qui permettront de brancher votre téléphone à Apple Car Play ou Android Auto. Vous pourrez ainsi profiter de vos playlists avec les enceintes Bang & Olufsen qui équipent le SUV.

Audi Q5 2.0 TFSI 252 ch quattro S line S tronic Audi Q5 2.0 TFSI 252 ch quattro S line S tronic

Audi Q5 2.0 TFSI 252 ch quattro S line S tronic

A l’arrière, les 2 passagers principaux voyageront en tout confort. Merci aux quelques centimètres gagnés sur la précédente génération qui profite aux passagers qui pourront même reculer la banquette (aux dépens du coffre).

Audi Q5 2.0 TFSI 252 ch quattro S line S tronic

Ca se complique pour le 5ème passager ! En effet, lors de notre promenade, nous étions 5 adultes et c’est Guillaume le premier qui a pris place au centre. Alors que nous avions quelques 3h de route, c’est à mi-chemin que nous avons du faire une rotation car il se plaignait du dos, trouvant l’appuie-tête mal placé et le dossier un peu dur. Voulant essayer jusqu’au bout ce SUV, j’ai moi aussi pris place au centre. Je pensais que ce problème était principalement lié à la taille et qu’une personne un peu plus petite comme moi serait plus à l’aise. Mal m’en a fait, ce ne sont pas nos 25 cm de différence qui changent quoique ce soit ! Le dossier est effectivement très raide et combiné à l’appuie-tête trop en arrière, il est difficilement concevable de passer plus de 2h à cette place. Même des enfants pourraient se plaindre surtout comparé aux 2 vraies places bien confortables à côté. Cette place est donc à considérer avant tout comme une place d’appoint.

Audi Q5 2.0 TFSI 252 ch quattro S line S tronic

Dommage car par ailleurs, le coffre lui laisse assez de place pour emmener les bagages de 5 passagers sans soucis.

Audi Q5 2.0 TFSI 252 ch quattro S line S tronic

Pour conclure sur cet habitacle, il s’est bien modernisé par rapport à la première génération. L’ensemble est élégant, la qualité de finition comme toujours chez le constructeur d’Ingolstadt parfaite. Quelques détails comme l’écran non tactile pourront surprendre et on trouve surtout dommage que cette 5ème place n’en soit pas vraiment une…

Audi Q5 : essai sur route

Comme je le disais en introduction, nous avons eu le plaisir d’essayer cette Q5 pour partir à la campagne. L’occasion de pouvoir tester le SUV dans ses fonctions principales de routière mais aussi sur les petites routes.

Audi Q5 2.0 TFSI 252 ch quattro S line S tronic

Mais avant cela, nous avons bien entendu eu l’occasion de tester un peu ce dernier en ville lorsque nous en avons pris possession. Malgré son gabarit relativement imposant, on circule facilement y compris dans les parkings grâce aux aides à la conduite qui nous permettent de mieux percevoir ses dimensions et les obstacles. Les aides au stationnement feront ainsi partie de vos meilleurs amis ! Les détecteurs d’angle mort sont aussi très utiles pour mieux percevoir les 2 roues. Enfin, l’affichage tête haute indique les directions du GPS, un plus appréciable.

Sur autoroute, rien à dire, la Q5 motorisée par le 2.0 TFSI de 252 chevaux est parfaitement à l’aise. Il se montre très confortable, peu bruyant et a une excellente reprise pour les dépassements. Avec le limiteur de vitesse, pas besoin de se soucier ni de l’accélérateur ni du frein puisqu’il fait tout tout seul. Notre modèle n’étant pas équipé du Line Assist nous devions garder les mains sur le volant pour guider l’auto sinon on aurait presque pu envisager de piquer un somme (je plaisante bien entendu…). Cela rend tout de même la conduite plus confortable et même en prenant la route de nuit, je ne ressentais pas une grande fatigue en arrivant sur notre lieu de villégiature quelques heures plus tard.

Par contre, j’avais oublié de choisir mon mode de conduite et j’étais restée sur le mode « Dynamic ». Aïe ! 12L/100km ça fait mal ! En effet, ce mode « sportif » a une tendance à surconsommer en passant les vitesses très haut. Au retour, on a s’est mis en mode « Comfort » et ça change un peu la donne puisque nous sommes descendus à 10L/100km de moyenne.

Audi Q5 2.0 TFSI 252 ch quattro S line S tronic

Mais que vaut ce SUV sur route ? Pour le coup, je conseille fortement le mode « Dynamic » qui vient durcir la suspension car la Q5 a tendance à prendre du roulis et c’est avec ce mode que c’est le moins flagrant. Malgré les quelques kilos perdus sur cette nouvelle génération, la Q5 reste lourde et a donc tendance à sous-virer dans les courbes serrées. Etonnant chez Audi dont les berlines roulent parfaitement à plat de voir que le challenge n’a pas été relevé sur sa gamme Q. Car oui, rappelez-vous j’avais déjà fait une remarque similaire lorsque j’avais essayé la Q3 restylée au Portugal.

Audi Q5 2.0 TFSI 252 ch quattro S line S tronic

Enfin, Audi propose un mode offroad permettant de s’aventurer un peu hors des sentiers battus. Celui-ci offre une garde au sol bien plus haute. Vous pourrez aussi observer vos angles d’inclinaison. Enfin, un bouton situé en bas de la console centrale permet de bloquer votre vitesse en pente permettant ainsi une descente douce.

Audi Q5 2.0 TFSI 252 ch quattro S line S tronic

En conclusion, sur la conduite, la Q5 est bien une routière. Son terrain de jeu favori est l’autoroute. Il reste néanmoins polyvalent et vous pourrez même envisager de couper à travers champs pour amuser vos enfants sans rayer vos boucliers.

Les tarifs

L’Audi Q5 est disponible à partir de 40 750 €. Notre modèle d’essai, l’Audi Q5 2.0 TFSI 252 ch quattro S line S tronic s’affiche à partir de 49 750 €. A cela il faut ajouter les nombreuses options dont ce modèle était pourvu comme l’affichage tête haute, le pack assistance city, l’Adaptative Air Suspension, le toit ouvrant panoramique ou encore la sono Bang & Olufsen et on arrive à un montant total de 73 720 €. Et oui, chez Audi ça va très vite ! Un coût élevé certes mais équivalent à ce que proposent ses concurrents directs : Mercedes GLC, BMW X3, Volvo XC60 et Jaguar F-Pace.

Conclusion

C’est toujours un plaisir de prendre le volant d’une Audi quelqu’elle soit. Cette Q5 ne déroge pas à la règle même si j’ai trouvé un peu plus de défauts sur ce SUV que sur l’A5 Cabriolet. Il faut dire que la Dolce Vita cheveux aux vents m’avait envoyé aux anges ! La Q5 de première génération a été leader de son segment durant de nombreuses années. Même si des concurrents de qualité sont arrivés tels que Jaguar avec le F-Pace et bientôt le nouveau Volvo XC60, cette seconde génération devrait facilement rester parmi les plus vendues. Merci à Audi France d’avoir encore une fois renouvelé sa confiance à notre support.

On aime : le design réussi, la finition excellente, le confort

On aime moins : la place du 5ème passager qui ne peut servir qu’en appoint, la conduite trop souple, la consommation un peu élevée

Partager cet article :

A propos de l'auteur

Elodie Delion Lescaroux
Elodie Delion Lescaroux

Après une formation marketing en école de commerce, je me suis orientée vers les métiers du web et de l’auto. J’ai travaillé durant 3 ans en tant que chef de projet et community manager chez Digital Dealer, agence web destinée aux distributeurs automobiles. Depuis je suis directeur marketing d’un groupe de distribution automobile parisien. Rédactrice de 2010 à 2013 pour Web&Luxe.com, j’ai finalement décidé de monter mon propre blog pour partager avec vous ma passion.

Un commentaire

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire